BFM Business

Hérimoncourt se mobilise contre la fin probable du site historique de Peugeot

PSA a présenté aux syndicats un projet de fermeture du site historique de Hérimoncourt (Doubs), dont les près de 200 salariés se verront proposer un reclassement sur d'autres sites de la région.

PSA a présenté aux syndicats un projet de fermeture du site historique de Hérimoncourt (Doubs), dont les près de 200 salariés se verront proposer un reclassement sur d'autres sites de la région. - Sébastien Bozon-AFP

Près de 350 manifestants ont protesté ce lundi à Hérimoncourt (Doubs) contre la probable fermeture d'un site de PSA. Dans la commune, ce berceau de la saga Peugeot il y a plus de deux siècles, compte 204 salariés et doit fermer au profit du site de Vesoul (Haute-Saône).

Le groupe PSA va-t-il pouvoir quitter sans coup férir le berceau industriel et familial de la famille Peugeot? Par certain. En réaction à l'annonce de la fermeture du site de recyclage de pièces détachées d'Hérimoncourt (Haute-Saône) la semaine dernière, un cortège de 350 manifestants s'est rendu ce lundi de l'usine à la mairie.

Les salariés du site d'Hérimoncourt, des représentants syndicaux des sites PSA voisins, dont celui de Sochaux, des élus locaux et des habitants de la commune, entendaient ainsi protester au coeur même cette commune (3600 habitants) du Doubs qui a vu naître l'activité industrielle de la famille Peugeot.

L'activité principale de ce site PSA menacé aujourd'hui de fermeture est le reconditionnement de moteurs usagers destinés à être revendus et réemployés dans des automobiles. Cette activité sera transférée vers le site de Vesoul (Haute-Saône), à environ 80 km. L'atelier assemble aussi des moteurs neufs en toute petite série, une production cependant insuffisante pour assurer sa pérennité.

Le berceau de l'activité industrielle de Peugeot depuis 1810

"La direction de PSA doit comprendre que ce n'est pas un site comme un autre", a déclaré Patrick Michel, délégué syndical central FO du groupe, dans une allusion à son histoire.

L'entreprise familiale, qui précède l'entreprise Peugeot, est fondée en 1810, lors de la transformation du moulin à grain familial sis à Hérimoncourt, en fonderie d'acier. À l'époque, Jean-Pierre et Jean-Frédéric Peugeot diversifient leur activité avec la production de rubans d’acier pour la couture et des lames de scies et ressorts pour l’horlogerie.

La maire appelle à une journée ville morte le 23 février

De leur côté, forts de ce passé industriel multiséculaire, les élus locaux demandent à PSA de réunir une table ronde pour trouver une solution qui préserve Hérimoncourt tout en répondant à l'objectif du constructeur de développer l'activité de pièces de rechange.

"Nous aurions souhaité un cahier des charges exposant les différents besoins(...) afin de rechercher ensemble des solutions pour pérenniser cette usine", ont écrit ces élus dont les députés (LREM) du Doubs Frédéric Barbier et Denis Sommer. La maire d'Hérimoncourt, Marie-France Bottarlini, a appelé à une "journée ville morte" le 23 février prochain.

Frédéric Bergé avec AFP