BFM Business

Emploi: la métallurgie recherche plus de 80.000 personnes par an

Les fermetures des usines de Florange pèsent sur la réputation de la métallurgie.

Les fermetures des usines de Florange pèsent sur la réputation de la métallurgie. - -

Alors que le gouvernement va publier les chiffres du chômage pour janvier, ce mercredi 26 février, la fédération de la métallurgie cherche à attirer l'attention des jeunes sur un secteur qui recherche de la main-d’œuvre.

Arnaud Montebourg l'a affirmé ce mercredi 26 février, sur BFMTV et sur RMC: la production métallurgique française repart. Et selon l'UIMM, l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie, le secteur cherche à recruter entre 80.000 et 100.000 personnes par an.

Le chiffre impressionne, alors que le gouvernement doit publier les chiffres du chômage pour janvier, ce mercredi 26, après une année 2013 de hausse continue.

L'industrie cherche à attirer les jeunes

Mais la métallurgie souffre de sa mauvaise réputation: elle évoque plus les ouvriers au chômage d'Arcelor-Mittal, à Florange, que le plein emploi. L'UIMM lance donc une campagne pour faire découvrir les métiers de l'industrie aux jeunes: l'opération Pro Pulsion Tour.

"Les jeunes, en troisième, en seconde, ou un petit peu après, sont très vite intéressés", se félicite Françoise Diard, responsable de l'Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications de la Métallurgie, interrogée par BFM Business.

Une demande particulière dans le design

Selon elle, l'opération doit faire comprendre aux jeunes que l'industrie comprend également des emplois très modernes. La production d'un produit "démarre par la conception, et ce n'est pas uniquement un papier et un crayon. C'est des écrans 3D, des technologies comme les imprimantes 3D qui permettent de très vite aller vers une maquette", explique-t-elle.

Justement, les industriels recherchent tout particulièrement des designers. Selon Françoise Diard, "nos entreprises françaises, malgré tout ce que l'on peut entendre de négatif, s'en sortent aussi parce qu'elles innovent, qu'elles développent de nouveaux produits et qu'elles s'ajustent en permanence aux défis qui sont les nôtres."

Isabelle Gollentz avec BFMbusiness.com