BFM Eco

Ces 5 start-up françaises facilitent le quotidien des agriculteurs

L’application mobile Perfarmer calcule, en fonction des cours des céréales et des besoins spécifiques de chaque agriculteur, le bon moment pour vendre sa récolte à un prix rémunérateur.

L’application mobile Perfarmer calcule, en fonction des cours des céréales et des besoins spécifiques de chaque agriculteur, le bon moment pour vendre sa récolte à un prix rémunérateur. - Solène Maître - Perfarmer

L'innovation dans le monde agricole arrive aussi par des start-up technologiques. Elles suscitent de nouveaux modèles économiques et des modes de culture moins intensifs ou optimisés. Certaines d'entre elles exposent leurs produits et services au salon de l'agriculture.

Le monde agricole est un terrain propice pour les start-up innovantes issues du numérique. Une trentaine de celles qu'on baptise du néologisme "agritech" sont réunies dans l'association La Ferme digitale. Celle-ci fête ses trois ans sur le salon de l'agriculture à Paris, qui a ouvert ses portes le 23 février.

Qu'elles mettent leurs innovations au service du "produire mieux" ou qu'elles facilitent l'interaction entre agriculteurs ou avec leurs fournisseurs et clients, elles ont toutes un point commun. Ces sociétés exploitent des données de tout type (marché, météorologique, géographique, agronomiques) en incitant les agriculteurs à améliorer leur modèle économique, leur rendement ou leur empreinte environnementale. Voici un échantillon de ces "agritech".

Airinov: en partenariat avec l’Inra (l’Institut national de la recherche agronomique) cette société a développé des drones équipés de capteurs qui analysent pendant leur vol la couleur du couvert végétal pour dresser un diagnostic précis des besoins des cultures. En un survol, un drone "capture" des données permettant d’accéder à des informations agronomiques inédites sur blé, orge, colza et maïs. Ces données sont ensuite analysées pour déterminer les doses d'azote nécessaires aux cultures ou localiser les mauvaises herbes à traiter. Airinov, acquise, en 2015 par Parrot, le spécialiste français des drones, a enregistré un chiffre d’affaires de 1,8 million d’euros en 2017.

-
- © -

Weenat: cette start-up fondée en 2014 a mis au point une gamme de capteurs connectés qui collectent et traitent des données locales au service de l'agriculture "de précision". Ces donnes "digérées" par des logiciels sont ensuite transmises aux agriculteurs qui peuvent piloter leurs interventions au niveau de la parcelle. Weenat a développé un pluviomètre, un tensiomètre de sol, un hygromètre de l’air, un thermomètre du sol et de l’air. Des logiciels d'aide à la décision analysent les données collectées par ces capteurs pour les rendre pertinentes aux yeux des agriculteurs. Son offre permet par exemple de pré-détecter les gelées grâce à un système qui mesure les températures sèches et humides dans la parcelle. Weenat s'est aussi associé au groupe Seenergi (services, consulting) pour lancer un outil logiciel de pilotage de la culture du maïs de fourrage, grâce à l’utilisation de données météo issues d'un de ses capteurs connectés.

-
- © -

Agriconomie: cette start-up fondée en 2014 par trois jeunes entrepreneurs issus du monde agricole est devenue une sorte d’Amazon pour les professionnels du secteur. Elle emploie actuellement près de 70 salariés et a réalisé 23 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018. Son modèle économique consiste à donner une visibilité sur les prix aux agriculteurs qui souffraient d'un manque de transparence sur leurs achats en amont. Cette place de marché spécialisée dans les fournitures agricoles (semences, pièces, équipements, engrais, etc) inclut des services comme la livraison, des lettres d'information sur les cours, une carte de fidélité et certains retours gratuits pour des produits commandés (pièces détachées, équipement d'atelier). Agriconomie a même été nommée aux trophées 2018 de l'INPI dans la catégorie marques car elle en a déjà déposé douze.

-
- © -

Perfarmer: Cette société créée en 2016 profite de l'édition 2019 du salon de l'agriculture pour lancer son application mobile. Elle se destine aux céréaliers vendant directement leur récolte mais faisant face à la volatilité des prix des marchés agricoles. Cet assistant de commercialisation, connecté aux marchés, génère un système d’alertes personnalisées en fonction d'un prix de vente cible, rémunérateur pour l'agriculteur. L’appli calcule, en fonction des cours des céréales et des besoins spécifiques déterminés par chaque agriculteur, le bon moment pour vendre sa récolte au prix optimal en fonction de son exploitation. L’agriculteur est alerté dès que les conditions sont réunies pour vendre. L’application est disponible en téléchargement sur l’App Store d'Apple et le Play store réservé aux smartphones Android et elle est commercialisée au prix de 9.90 euros par mois

Alerte Perfarmer.jpg
Alerte Perfarmer.jpg © -

Miimosa: Créée en 2015, cette plate-forme de financement participatif s'adresse aux marchés agricoles et alimentaires. Le site s'est développé sur le principe du don avec contrepartie. En échange de leur financement, les participants bénéficient d'avantages en nature exclusifs comme des produits agricoles. La plateforme s'est lancée ensuite dans les prêts participatifs par lesquels les prêteurs, des particuliers, investissent dans un projet agricole en échange d'un remboursement avec intérêts. Des petites entreprises alimentaires peuvent aussi se financer par ce moyen. Miimosa a déjà contribué au financement de 1800 projets en quatre ans et collecté 10 millions d'euros sur la période.

-
- © -
Frédéric Bergé