BFM Eco

Carlos Ghosn vient de démissionner de la présidence de Renault

Le dirigeant franco-libanais, en détention au Japon, a démissionné mercredi soir de la présidence de Renault, a révélé ce jeudi Bruno Le Maire.

Le PDG du constructeur automobile français Renault, Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis plus de deux mois, a démissionné, a annoncé jeudi le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à l'AFP. Philippe "Lagayette (administrateur référent de Renault NDLR) a reçu hier soir la lettre de démission de Carlos Ghosn", a indiqué le ministre. 

Une source proche de l'entreprise avait également indiqué plus tôt à l'AFP que Carlos Ghosn avait démissionné. "Le conseil d'administration va en prendre acte tout à l'heure", avait ajouté cette source.

Sa démission ouvre "une nouvelle étape" pour le constructeur automobile, dont le nouveau président aura "pour mission de renforcer l'Alliance" avec Nissan et Mitsubishi, a réaffirmé jeudi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. "On passe à une nouvelle étape, c'est ça qui est important pour l'entreprise, pour les salariés du groupe, pour les territoires où il y a des usines qui tournent et où souvent ce sont des donneurs d'ordres important, à la fois pour l'entreprise Renault elle-même, les sous-traitants et la chaîne industrielle française", a-t-il réagi sur Radio Classique.

Le tandem Bolloré-Senard devrait prendre la suite

Une réunion du conseil d'administration de Renault se tient jeudi à partir de 10h00 à Boulogne-Billancourt, près de Paris. Un tandem composé de Thierry Bolloré, adjoint et dauphin désigné de Carlos Ghosn, et de Jean-Dominique Senard, patron de Michelin, devrait y être intronisé officiellement à la tête du constructeur automobile.

Avec ce duo, il y a "le souhait d'avoir au fond une direction générale très exécutive, très opérationnelle, parce que c'est une très grosse machine à faire tourner et cela demande beaucoup d'expertise, et puis aussi un président avec une stratégie pour le groupe et notamment avec pour mission de renforcer, de consolider l'Alliance", a rappelé Benjamin Griveaux.

N'y a-t-il toutefois pas un risque de la voir éclater ? "Tout sera mis en oeuvre pour que cette Alliance soit renforcée [...] Elle est solide, elle doit être pérenne, [...] notamment pour les emplois en France", a-t-il souligné, en faisant valoir que la France avait eu "des liens permanents avec les autorités japonaises dans ce dossier".

Déclaration de revenus

Carlos Ghosn, à la tête de Renault depuis 2005, est incarcéré au Japon depuis plus de de deux mois. Il est soupçonné d'avoir omis de déclarer aux autorités boursières entre 2010 et 2018 une grande partie de ses revenus au titre de ses fonctions chez Nissan. Son procès, lors duquel il risque jusqu'à 15 ans de prison, n'aura pas lieu avant des mois.

Interrogé sur des informations de presse qui évoquaient mi-janvier le fait que Carlos Ghosn n'était plus résident fiscal en France depuis 2012 et était domicilié fiscalement aux Pays-Bas, Benjamin Griveaux s'est refusé à commenter une enquête "sur un sol étranger".

Jean-Christophe Catalon avec AFP