BFM Business

Geneviève Fioraso: "il y a beaucoup d'argent dans l'apprentissage"

Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur, était l'invitée de BFM Business, jeudi 18 juillet.

Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur, était l'invitée de BFM Business, jeudi 18 juillet. - -

La ministre de l'Enseignement supérieur était l'invitée de BFM Business, jeudi 18 juillet. Elle a notamment répondu aux critiques à propos de la baisse des aides à l'apprentissage, confirmée la veille par Jean-Marc Ayrault.

Le "choc de simplification", présenté mercredi 17 juillet par Jean-Marc Ayrault, risque paradoxalement de compliquer la vie des entreprises. En effet, parmi les 3 milliards d'euros d'économies visées par le gouvernement, 550 millions viendront rogner le montant des aides à l'apprentissage.

Invitée de BFM Business, jeudi 18 juillet, Geneviève Fioraso a répondu aux critiques qui n'ont pas manqué de fuser après l'annonce de cette baisse.

Pour la ministre de l'Enseignement supérieur, "ce n’est pas une mesure à prendre de façon isolée. Il y a beaucoup d’argent aujourd’hui dans l’apprentissage, il n’est pas sûr qu’il soit utilisé à bon escient. Il s’agit de mieux l’orienter. Tout cela sera discuté avec les régions, bien entendu."

Privilégier l'alternance

"L’argent dédié aujourd’hui à l’apprentissage doit être bien utilisé", a-t-elle répété. "Il n’est pas forcément utile pour certaines formations, dans certaines grandes écoles, en revanche il est très utile à l’université et dans les CFA (Centre de formation des apprentis, ndlr). L’idée est bien de multiplier par deux l’alternance à l’université, car cela répond mieux à la demande des entreprises ainsi qu’à celle de la formation."

Pas sûr que cela suffise à contenter le monde de l'entreprise et en particulier les TPE, qui devraient être les plus touchées par cette réforme.

Y. D.