BFM Business

Xavier Caïtucoli: "1.500 clients rejoignent chaque jour Direct Energie"

Xavier Caïtucoli s'est réjoui des résultats de son entreprise.

Xavier Caïtucoli s'est réjoui des résultats de son entreprise. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le PDG de Direct Energie était l'invité de BFM Business ce vendredi 28 mars. Il est notamment revenu sur les résultats et les perspectives de son entreprise.

Pour Direct Energie, le fournisseur alternatif d'énergie, l'année 2013 a été "une année de rupture", selon Xavier Caïtucoli, son PDG, invité de BFM Business ce vendredi 28 mars. "Pour la première fois depuis 10 ans, nous avons des comptes qui sont positifs" et, surtout, "positifs sans écriture comptable exceptionnelle", a-t-il commenté.

Explication: sur les récents exercices comptables, les comptes d'EDF et GDF Suez, étaient grevés par la fusion avec Poweo, qui avait "donné lieu à une série d'écritures comptables qui rendent les comptes difficiles à appréhender", a expliqué le PDG de Direct Energie.

Un espace de concurrence face aux tarifs d'EDF

Xavier Caïtucoli s'est félicité de ces résultats qui montrent "que l'ouverture du marché de l'énergie ça marche. Il est possible de proposer au consommateur des offres innovantes et économiques et, dans le même temps, de gagner de sa vie". Et ceux-ci ne s'y trompent pas car de plus en plus s'affranchissent d'EDF et GDF Suez, selon les comptes de la Commision de régulation de l'énergie.

Xavier Caïtucoli a souligné que sa société a lontgemps été plombée par un problème de communication. "Beaucoup de nos concitoyens ne savaient pas que le marché de l'énergie est ouvert", a-t-il rappelé, jugeant que ce verrou "est en train de se lever". Ce qui explique, selon lui, qu'"aujourd'hui, 1.500 clients par jour rejoignent Direct Energie".

Le PDG de Direct Energie a également estimé que les nouveaux principes de calcul des tarifs réglementés de l'électricité, qui s'alignent sur les coûts de production d'EDF sont une bonne chose. "Il n'est pas tenable dans la durée d'imposer à EDF de vendre en-dessous de ses coûts".

"Donc, la décision qui a été prise est bonne. C'est une bonne décision pour EDF qui va pouvoir aborder sereinement la phase d'investissement qui l'attend. L'effet collatéral est que nous avons désormais un espace économique pour faire concurrence à ces tarifs et proposer à nos clients de faire des économies ou avoir des services additionnels", a-t-il analysé.

Julien Marion