BFM Business

Total : Margerie veut aligner la taxation du diesel sur celle de l’essence

Christophe de Margerie était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi 15 février

Christophe de Margerie était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi 15 février - -

Le gouvernement réfléchit à une hausse de la taxation sur le diesel. Le PDG de Total explique ce vendredi 15 février sur RMC-BFMTV qu’il faudrait surtout que "les produits venant d’une même activité soient taxés de la même manière".

Au cœur des débats actuellement, la hausse de la taxation du diesel fait réagir Christophe de Margerie. "Les produits venant d’une même activité doivent être taxés de la même manière. L’essence et le diesel devraient avoir la même taxe", a déclaré le PDG de Total, ce vendredi 15 février sur RMC-BFMTV.

"C’est un sujet politique, qui concerne surtout le budget de l’Etat. Malheureusement, aujourd’hui, cela a créé un déséquilibre", déplore Christophe de Margerie.

Autre sujet polémique : le gaz de schiste et le gaz de houille. Pour le patron de Total, "on ne parle du gaz de houille que pour éviter de parler du gaz de schiste". Il avoue que le risque écologique, pour l’extraction du gaz de schiste, est réel. Mais avant de tout interdire, il faut tester: "il faut lever l’interdiction de recourir à la fracturation hydraulique. D’abord, nous devons tester, pour savoir s’il y a du gaz. S’il n’y en a pas, on abandonne. S’il y en a, on parlera d’autres solution d’extraction".

Un salaire de 3 millions d'euros par an

Christophe de Margerie assume ses responsabilités. "Nous sommes responsable du changement climatique. Nous sommes le deuxième pollueur en France", rappelle-t-il.

De plus, Total est l’une des plus grosses entreprises françaises: 200 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec un bénéfice de 12 milliards d’euros pour 2012.

Ce qui n’empêche pas Christophe de Margerie d’avouer qu’il gagne quatre fois moins que le PDG de Renault Nissan, Carlos Ghosn. "Mais on gagne déjà bien sa vie quand on est PDG de Total, avec 3 millions d'euros par an".

Diane Lacaze