BFM Business

Total et Saudi Aramco vont créer une usine pétrochimique commune 

Patrick Pouyanné et Amin Nasser, les PDG des compagnies pétrolières Total et Saudi Aramco. (image d'illustration)

Patrick Pouyanné et Amin Nasser, les PDG des compagnies pétrolières Total et Saudi Aramco. (image d'illustration) - Éric Piermont - AFP

Le groupe pétrolier français Total et le saoudien Saudi Aramco vont bâtir un site pétrochimique commun en Arabie Saoudite.

En marge de la visite officielle en France du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, les pétroliers Total et Saudi Aramco ont signé un protocole d'accord en vue de la construction d'un site pétrochimique commun, représentant un investissement de 5 milliards de dollars.

Ce dernier sera situé "en aval de la raffinerie SATORP", la plus importante raffinerie Total dans le monde. Mise en service en 2004 et détenue à 62,5% par Saudi Aramco et 37,5% par Total, elle dispose d'une capacité de production de 440.000 barils par jour. 

"Ce projet illustre notre stratégie qui consiste à maximiser l'intégration de nos grandes plateformes raffinage-pétrochimie", a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total. 

Le futur complexe comprendra un vapocraqueur sur charges mixtes et des unités pétrochimiques à haute valeur ajoutée associées. Ce vapocraqueur alimentera également d'autres usines pétrochimiques et de chimie de spécialités, qui seront construites à proximité.

8.000 emplois locaux créés 

Des projets annexes représentant "pour les investisseurs tiers" un investissement de 4 milliards de dollars. "Au total, ce sont 9 milliards de dollars qui seront investis, permettant de créer 8.000 emplois locaux directs et indirects", souligne Total. Les deux partenaires ont prévu de commencer les études d'ingénierie au troisième trimestre 2018.

La major pétrolière française n'avait jamais fait mystère de son intention de développer l'activité pétrochimique en aval de cette énorme raffinerie saoudienne. Sa stratégie est en effet de s'appuyer sur les grandes plateformes qui intègrent le raffinage (qui transforme le pétrole brut en carburant) et la pétrochimie (qui permet de produire des matières utilisées pour la fabrication des plastiques, cosmétiques, etc.).

A.M. avec AFP