BFM Business

Toshiba cherche à sortir du nucléaire

Toshiba dit ne pas désespérer de trouver un acheteur pour Westinghouse.

Toshiba dit ne pas désespérer de trouver un acheteur pour Westinghouse. - Yoshikazu Tsuno - AFP

Le géant japonais a déclaré ce mardi qu'il cherchait à se séparer de sa filiale nucléaire, principalement composée de l'américain Westinghouse, dont les grosses difficultés financières le plombent.

Le conglomérat industriel japonais Toshiba a annoncé mardi étudier la cession de la majorité de son activité nucléaire à l'étranger, dont la firme américaine Westinghouse, qui pourrait être mise en faillite, constitue la grosse part.

"C'est le mot clef à l'ordre du jour", a déclaré le PDG, Satoshi Tsunakawa, lors d'une conférence de presse, insistant sur "la révision à la baisse de la place de Westinghouse au sein du groupe, dont sa possible exclusion des filiales consolidées".

Des coûts qui explosent après Fukushima

"Nous avons fait dans le passé des opérations de fusions/acquisitions, nous avons échoué, nous devons nous en repentir", a reconnu le patron en dessinant la silhouette à venir d'un nouveau Toshiba. Désormais, il s'agit "d'en finir avec les risques" relatifs à cette activité qui voit ses coûts exploser en raison des contraintes plus strictes de sécurité pesant sur les constructions de centrales atomiques depuis l'accident de Fukushima.

Interrogé sur la possibilité d'un dépôt de bilan de Westinghouse dont les erreurs de calculs et des comportements internes "inappropriés" plombent les comptes du groupe, le PDG a dit que "toutes les hypothèses étaient envisageables", mais a affirmé que "rien n'était encore décidé".

L'activité nucléaire maintenue au Japon

En dépit des égarements financiers de Westinghouse, "hormis la construction de centrales, cette société intègre des activités très bien portantes, et sa situation actuelle ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'acheteur", a insisté Satoshi Tsunakawa. Durant sa présentation des perspectives pour les années à venir pour Toshiba, à la rubrique "énergie", l'activité nucléaire à l'étranger a disparu et ne restent que les centrales thermiques, la distribution électrique, l'énergie nucléaire au Japon et les nouvelles énergies (dont les piles à combustible).

Ces activités sont censées croître, avec des chiffres d'affaires et marges espérés en hausse d'ici à 2020. Au Japon, l'énergie nucléaire est certes handicapée par les suites de l'accident de Fukushima, mais Toshiba fournit des équipements et prestations dans l'optique de la relance progressive des réacteurs, de même que pour l'assainissement de la centrale accidentée ainsi que pour le démantèlement d'autres tranches jugées trop anciennes pour être remises en marche.

N.G. avec AFP