BFM Business

Philippe Darmayan (ArcelorMittal): "il faut amener les entreprises françaises vers la neutralité carbone"

Philippe Darmayan, patron d'ArcelorMittal France

Philippe Darmayan, patron d'ArcelorMittal France - BFM Business

Le patron en France du géant de la sidérurgie estime que les entreprises tricolores ne pourront pas se développer sans innover et sans se donner pour ambition de devenir neutres en termes d'émissions de CO2.

Objectif neutralité carbone pour l'industrie française. Pour le président de l’UIMM (l'Union des industries et métiers de la métallurgie, un poids lourd au sein du Medef), Philippe Darmayan, "il y a vraiment un travail de fond pour choisir les technologies […], un travail de fond de gouvernance sur vingt, trente ans pour effectivement amener la France et l’Europe vers une neutralité carbone". Un élément fondamental face à l’urgence climatique, d'après l'industriel. Selon le président d'ArcelorMittal France, la neutralité carbone est la "traduction climat qui a été donnée par la COP21, et depuis ce temps là rien n’avance", comme il l'a expliqué à l'antenne de BFM Business mercredi dans l'émission "12H L'heure H".

Le patron assure qu'une "résurrection" de l’industrie est inenvisageable sans passer par l’innovation. Il faut "amener toutes nos entreprises, qu'elles soient de l'ancienne économie ou de la nouvelle économie, sur les mutations qu'on voit en matière de numérique et d’économie verte, vers la neutralité carbone justement". Philippe Darmayan compte notamment sur l’appui du ministre de l’économie, Bruno Le maire, via un futur "pacte productif" qui est dans les tiroirs de l'exécutif. 

"Les politiques sont en train de faire des dégâts"

Interrogé sur la filière des batteries, Philippe Darmayan estime par ailleurs que la France doit rattraper son retard en matière d'innovation. "Sur les technologies d’aujourd’hui, les Chinois ont pris une avance, nous devons mettre en place notre innovation […] pour être dans la course des produits de demain pour les batteries".

Enfin, plus globalement, Philippe Darmayan s'inquiète du climat économique mondial incertain, et de plus en plus tendu: "les politiques sont en train de faire des dégâts assez importants sur le commerce international, Trump étant à la base de tous ces bouleversements". Le président américain poursuit en effet sa stratégie de négociations commerciales musclées à coups d'augmentations de tarifs douaniers, que ce soit avec la Chine ou l'Europe. Sur ce point, le président de l'UIMM estime que "l’acier est le premier à en souffrir […], l’Europe étant le marché le plus ouvert".

Gaëlle Ohan-Tchelebian