BFM Business

Climat: "Pas de transition sans taxe carbone", selon Laurent Bigorgne de l’institut Montaigne

Laurent Bigorgne, directeur de l’institut Montaigne

Laurent Bigorgne, directeur de l’institut Montaigne - -

Laurent Bigorgne, directeur de l’institut Montaigne, a défendu le retour de la taxe carbone sur l’antenne de BFM Business. Selon lui, le G7 n’est pas adapté à la question climatique.

La question climatique était l’un des enjeux du sommet du G7 de Biarritz. Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, était l’invité de l’émission "12H L’Heure H" sur BFM Business. Pour ce dernier, le club des grandes démocraties libérales n’est néanmoins pas le bon cadre pour discuter des réponses à apporter au changement climatique.

"Sur le climat, il y a deux conditions qui font qu’aujourd’hui le G7 n’est pas un bon instrument. La première, c’est qu’on n’a pas la Chine et l’Inde autour de la table. La deuxième, à mon avis la plus importante, c’est qu’on n’est pas capable aujourd’hui de parler de taxe carbone. On peut toujours parler de l’océan, du plastique, de la forêt amazonienne, je ne nie pas que ces questions ont toutes leur importance. Tant qu’on n'est pas capable de parler de transition économique fondée sur [la taxe carbone], on ne pourra pas avancer sur ces questions", assure-t-il.

Une première étape entre pays européens

"Je pense que l’effort diplomatique des années qui viennent, peut-être même des mois qui viennent compte tenu de l’urgence, c’est d’être capable de traiter cette question d’abord entre Européens, et ensuite de proposer un modèle. C’est là où l’Europe peut avoir une vraie légitimité […]. [Le retour de la taxe carbone] ne peut pas être une décision unilatérale […]. Tant qu’on aura pas un prix fixé aux émissions, on ne sera pas capable de faire la transition économique", estime Laurent Bigorgne.

J.B.