BFM Business

Parmi les 5 banques européennes qui respectent le plus l'environnement, 3 sont Françaises

-

- - Damien Meyer - AFP

L’ONG britannique ShareAction a établi le classement des banques européennes les plus engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique. Trois établissements français figurent au palmarès.

Les banques semblent prendre conscience des enjeux climatiques. De plus en plus d'établissements refusent par exemple de financer l'extraction du charbon, comme la construction de nouvelles centrales thermiques transformant cette source d'énergie fossile en électricité. D'autres choisissent de subventionner plus généreusement les énergies renouvelables. 

Contrairement à certaines organisations environnementales, qui accusent régulièrement le secteur bancaire d'aggraver le réchauffement climatique, l'ONG britannique ShareAction met en avant dans son dernier rapport les efforts entrepris par certains établissements pour lutter contre ce phénomène. Après avoir étudié les pratiques environnementales de quinze grandes banques européennes, les analystes de ShareAction ont dressé le palmarès des établissements les plus responsables. Les trois banques françaises sélectionnées, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale figurent dans son top 5, comme l'indique le tableau ci-dessous. 

-
- © -

BNP Paribas leader européen de la transition énergétique 

Les auteurs de l'étude notent que "BNP Paribas est clairement leader, suivi d'un groupe de challengers". Mi-octobre, la banque avait annoncé sa décision de ne plus financer les projets "majoritairement dédiés au transport et à l'exportation de gaz et de pétrole de schiste ou de pétrole issu des sables bitumineux", comme par exemple les terminaux LNG (gaz naturel liquéfié) ou les pipelines. À la place, l'établissement entend consacrer d'ici 2020, 15 milliards d'euros aux énergies renouvelables et investir 100 millions d'euros dans des start-up innovant en faveur de la transition énergétique. 

Occupant la quatrième place de ce classement, Crédit Agricole a récemment affiché son intention de ne plus financer de projets dans le secteur de l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste. En outre, le groupe bancaire mutualiste est le leader mondial des obligations vertes ("green bonds"). Comme le rappelle La Tribunedepuis le début de l'année, sa filiale Cacib s'est occupée d'une soixantaine d'opérations pour un montant d'environ 8 milliards de dollars. 

Occupant la cinquième place du palmarès, Société Générale est la dernière banque française citée dans le classement réalisé par l'ONG ShareAction. Le groupe indique ne plus financer depuis le 1er janvier 2017 "les projets de centrales thermiques au charbon ou d'infrastructures associées partout dans le monde".

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV