BFM Business

Les sacs plastiques dans votre vie quotidienne: vous commencez à y renoncer

Vous êtes 57 % à affirmer ne pas avoir renoncé à utiliser les sacs plastiques dans votre vie quotidienne selon notre sondage: la législation va sûrement changer la donne.

Vous êtes 57 % à affirmer ne pas avoir renoncé à utiliser les sacs plastiques dans votre vie quotidienne selon notre sondage: la législation va sûrement changer la donne. - DR

BFM Business organise les Grands Prix Business Durable. Dans la catégorie "Chimie Verte", le premier candidat nommé est Algopack. L'entreprise fait des algues une ressource. Elle a créé un plastique d’origine naturelle entièrement biodégradable et compostable façonné à partir d’algues brunes qu’elle cultive. En ce qui concerne les sacs plastiques dans votre vie quotidienne, vous semblez plus concernés par la question. 57 % d'entre vous affirment ne pas y avoir renoncé. Une courte majorité au final.

Même si vous ne le faites pas encore naturellement d'après notre sondage, vous allez sûrement être contraints à terme de partir au supermarché avec vos sacs en tissu. Il n'y aura plus de sacs plastiques en caisse, qu'ils soient payants ou gratuits, et ce, dès 2016. Le texte a été adopté vendredi soir dans le cadre du débat sur la transition énergétique. En 2013, la Commission européenne a adopté une proposition qui impose aux États membres de réduire l'utilisation des sacs plastiques légers. Cette décision était attendue depuis près de 10 ans.

En France progressivement le nombre des sacs plastiques avait diminué à l'initiative de plusieurs professionnels, de 10,5 milliards à 700 millions entre 2002 à 2011 dans les grandes surfaces. Mais la démarche était encore insuffisante aux yeux du gouvernement. "près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique et plus de 12 milliards de sacs dits 'fruits et légumes' sont encore distribués dans les commerces" précise l'amendement du projet de loi sur la biodiversité.

Changement de mentalité

Une exception, les sacs «biosourcés» (avec une teneur qui ira en augmentant progressivement dans le temps) et compostables.

C'est le procédé développé par Algopack à base d'algues. Il n'est pas le seul. Des plateaux et emballages de fruits, de légumes, d'œufs et de viande, des bouteilles de boissons sucrées et de produits laitiers et des feuilles plastiques pour fruits et légumes sont aussi parfois réalisés à partir de bioplastiques.

Entre 2000 et 2008, la consommation mondiale de plastiques biodégradables à base d'amidon, de sucre et de cellule - jusqu'à présent les trois principales matières premières - a augmenté de 600%. Mais le marché est encore faible. La production mondiale de bioplastiques ne représente que 0,10% du total du plastique. La question fait globalement débat.

La Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution parle de raisons d'hygiène et de sécurité. Les commerçants estiment donc qu'il ne faut pas supprimer ces sacs. Ce qui n'est pas du tout du goût de France Nature Environnement . L'ONG estime que ce n'est pas suffisant car les sacs biodégradables doivent être traités dans des composteurs industriels. Elle appelle à un changement de mentalité.

Les sacs plastiques sont un fléau pour la faune marine. Dauphins, tortues ou encore oiseaux les mangent et s'étouffent. 60 à 75 % des débris trouvés au fond des mers sont des sacs plastiques. En France, ce sont 122 millions de sacs plastiques qui souillent nos côtes.

Nathalie Croisé