BFM Business

Les pays du Sud ont trouvé le secteur où investir

-

- - Montage BFM Business

"Pour la première fois en 2015, les pays du Sud ont davantage investi dans les énergies renouvelables que les pays développés. Au total, 286 milliards de dollars ont été consacré à ces nouvelles sources d'énergie. "

Le développement des énergies renouvelables dans le monde s'intensifie. Dans son dixième rapport, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) constate d'ailleurs que les investissements consentis par les États augmentent d'année en année. "L'ensemble des investissements s'est élevé, en 2015, à 286 milliards de dollars (256 milliards d'euros)" commente Achim Steiner, le directeur de ce programme onusien. 

À titre de comparaison, en 2014, ce montant, comprenant les sommes dédiées aux nouvelles installations, aux nouvelles technologies et à la recherche et développement, s'établissait à 270 milliards de dollars. 

Cependant, les responsables du Pnue notent que l'année 2015 marque un tournant dans le financement de la transition énergétique. Ainsi, "pour la première fois, les investissements ont été plus élevés dans les pays en développement que dans les pays riches".

Plus de la moitié (54,5%) des 286 milliards de dollars d'investissements réalisés provient des pays du Sud (156 milliards). Soit un chiffre en augmentation de 8% par rapport à l'année précédente. Dans le même temps, les investissements imputables aux pays du Nord ont chuté de 8% pour atteindre 130 milliards de dollars. 

La Chine, premier investisseur mondial 

D'après le rapport publié, l'Inde, l'Afrique du Sud, le Mexique et le Chili affichent des investissements en forte hausse. À eux seuls, ces quatre pays du Sud ont investi 22 milliards de dollars. Parallèlement, de nouveaux pays, comme le Maroc, la Turquie ou encore l'Uruguay "sont entrés dans la liste des pays qui investissent plus d'un milliard de dollars" annuellement. 

Avec plus de 100 milliards de dollars dépensés en 2015, le plus grand contributeur au développement des énergies renouvelables reste cependant la Chine, comme le montre le graphique ci-dessous. Premier pollueur mondial, l'ex-Empire du Milieu dispose sur ses terres de parcs éoliens hors-normes ou encore de barrages géants fournissant une électricité plus propre que celle issue de ses nombreuses centrales à charbon. 

-
- © PNUE, Bloomberg New Energy Finance

Dans les pays développés, la situation est plus contrastée. L'Europe affiche une nette baisse de ses investissements (-21%), avec 48 milliards de dollars dépensés. Ce qui constitue "le chiffre le plus bas enregistré sur le continent depuis neuf ans, et ce en dépit d'investissements record dans les projets éoliens offshore" souligne Achim Steiner. 

Les montants investis sont toutefois en nette progression aux États-Unis (+19%). Et ils sont stables au Japon, même si l'archipel cherche à obtenir son indépendance énergétique. 

Antonin Moriscot