BFM Business

Le transport aérien français mobilisé pour le climat

Alexandre de Juniac PDG d'Air France est  l'un des 3 signataires de la déclaration en faveur de la lutte contre le déréglement climatique.

Alexandre de Juniac PDG d'Air France est l'un des 3 signataires de la déclaration en faveur de la lutte contre le déréglement climatique. - Eric Piermont/AFP

Ce jeudi 18 juin, au salon du Bourget, Aeroports de Paris, Air France-KLM et le Groupement des Industries Françaises Aeronautiques et Spatiales (GIFAS) ont réaffirmé leur volonté d'aller toujours plus loin dans la réduction de leur empreinte climatique.

L'image est symbolique. Côte à côte, Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM, Marwan Lahoud, président du GIFAS et directeur général délégué d'Airbus Group, et Augustin de Romanet, PDG d'Aéroports de Paris.

Dans le cadre de l'événement "La COP21 vue du ciel" au Salon du Bourget et à 6 mois de cette grande conférence, tous les trois ont signé ce jeudi 18 juin une déclaration qui réaffirme leur volonté partagée de maintenir et de renforcer leurs implications dans la réduction de leur empreinte climatique.

Cette déclaration d'Alexandre de Juniac est plus qu'emblématique : "Je m'engage à proposer à chacun de nos clients un voyage attentionné, innovant et responsable. C’est un axe majeur que nous souhaitons poursuivre dans le cadre de notre plan stratégique Perform 2020."

Le secteur aérien travaille activement aux côtés de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale. Son objectif: l'adoption d'un accord fin 2016 afin d'atteindre l'objectif d'une croissance neutre en carbone du transport aérien international à compter de 2020. C'est depuis 2009 que les grands noms du transport aérien mettent en place des stratégies.

Miser sur l'innovation

Leurs engagements devancent les accords mondiaux qui doivent être conclus. Aéroport de Paris compte ainsi diminuer les émissions de CO2 de ses infrastructures aéroportuaires par passager de 50% entre 2009 et 2020

De son côté, le groupe Air France-KLM s'engage à réduire de 20% les émissions de CO2 de ses opérations aériennes entre 2011 et 2020 ,en grammes de CO2 par passager et par kilomètre. Enfin le GIFAS souhaite faire converger toutes les innovations technologiques afin que les nouveaux appareils, produits et équipés par ses membres, réalisent une réduction de 50% des émissions de CO2 en 2020 et de 75% en 2050 par rapport à 2000.

En présence des ministres des affaires étrangères et de l'écologie Laurent Fabius et Ségolène Royal, les 3 dirigeants ont appelé de leurs vœux la signature d'un accord à la fin de l'année. Le défi est de taille pour le secteur: le seuil des 6 milliards de passagers devrait être atteint en 2030.

Nathalie Croisé