BFM Business

Le recours aux réserves stratégiques de carburant est-il efficace ?

Alors que le pétrole frôle les 2€ le baril, la France pense à puiser dans ses réserves

Alors que le pétrole frôle les 2€ le baril, la France pense à puiser dans ses réserves - -

Les pays industrialisés pourraient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole. Mais est-ce que cette tactique fait vraiment baisser le prix du baril ?

La France pourrait puiser dans ses réserves stratégiques pour compenser la hausse du cours du pétrole. C’est ce qu’a indiqué le ministre de l'Energie Eric Besson ce jeudi.

Les Etats-Unis et la Grande Bretagne se posent également la question. Pour l'instant, aucun plan spécifique n'a été mis en place, et la question de l’efficacité du recours aux réserves se pose.

A court terme, le prix du carburant pourrait effectivement baisser. L'Agence internationale de l'Energie, qui coordonne ce genre d'opération, a puisé trois fois dans les réserves. La dernière fois, c'était le 23 juin, au moment de la guerre en Libye qui avait restreint la production.

A chaque fois, le pétrole a fortement baissé dans les deux ou trois jours suivants. Mais, passé cet électrochoc, à chaque fois, les cours sont brutalement repartis à la hausse.

L'Arabie Saoudite promet de gonfler sa production

Selon un expert, à long terme, cela ne marche pas, pas plus que cela ne dénoue les tensions sur l'offre. Pas sûr donc que ce soit la bonne solution. D'autant qu'il n'y a pas de menace de rupture d'approvisionnement. Cette semaine, l'Iran a assuré au Qatar que le détroit d'Ormuz ne serait pas bloqué. Et l'Arabie Saoudite a promis de faire des efforts pour gonfler sa production.

Ce qu'il faudrait, selon un expert, ce serait plutôt apprendre à vivre avec un pétrole cher en changeant nos habitudes de consommation. Mais le gouvernement voit sûrement les choses différemment. Deux euros le litre d'essence à un mois d'une élection, ce n'est pas bon du tout pour Nicolas Sarkozy. Selon plusieurs analystes, la France pourrait donc bien passer à l'action et ouvrir les vannes...

Alexis Pluyette