BFM Business

La ville de Pékin ferme sa dernière centrale à charbon

La dernière centrale à charbon de la ville de Pékin a fermé ses portes. (image d'illustration)

La dernière centrale à charbon de la ville de Pékin a fermé ses portes. (image d'illustration) - Frédéric J. Brown - AFP

L'électricité destinée aux Pékinois sera désormais produite grâce au gaz naturel. Un début de réponse aux problèmes récurrents de pollution de l'air dans la capitale de la Chine.

Le charbon ne fournit plus d'électricité aux Pékinois. La dernière grande centrale thermique de la ville fonctionnant avec ce combustible fossile a fermé ses portes dimanche 19 mars. Selon l'agence Chine nouvelle, l'électricité de la métropole chinoise est désormais exclusivement générée par le gaz naturel. Conformément à l'un des objectifs fixés par le plan quinquennal de la capitale adopté en 2013. 

La fermeture de la centrale thermique de Huangneng, quatrième unité à avoir été remplacée depuis 2013 par une usine fonctionnant au gaz, a été annoncée dans la foulée de la session annuelle du Parlement, au cours de laquelle le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a promis de rendre un ciel bleu aux Chinois. Premier pollueur de la planète, la Chine est de plus en plus régulièrement asphyxiée par un nuage de pollution toxique.

Pékin connaît un nouveau pic de pollution 

La capitale souffre à nouveau d'un très grave épisode de pollution de l'air. Le "smog" assombrit depuis plusieurs jours le ciel de la capitale. Et le retour à la normale n'est pas attendu avant deux semaines. 

Depuis la fermeture mercredi de la session annuelle du Parlement, le niveau de particules fines de type "pm2,5", c'est-à-dire d'un diamètre de 2,5 microns, oscille entre 200 et 330, soit dix fois plus que le niveau maximal recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Ces particules, qui s'installent profondément dans les poumons et peuvent passer dans le système sanguin, sont responsables de taux plus élevés que la moyenne de bronchites chroniques, cancers du poumon et maladies cardiaques. Les niveaux de pollution baissent généralement à Pékin de façon spectaculaire lorsque de grands événements nationaux ou internationaux s'y tiennent. 

A.M. avec AFP