BFM Business

Grands Prix Business Durable: les vainqueurs

Les lauréats des Grands Prix Business Durable autour de Nathalie Croisé.

Les lauréats des Grands Prix Business Durable autour de Nathalie Croisé. - -

Le jury et les votes ont parlé! Voici les trois grands vainqueurs de chaque catégorie, plus un prix spécial.

Transition Energétique: Expliseat

Un siège d'avion deux fois plus léger que le siège le moins lourd du marché: 4 kilos. C'est le tour de force réalisé par Expliseat. Cette start-up créée en 2011, permet ainsi de réaliser des économies de carburants notables. Et des économies tout court: près de 320.000 euro par avion et par an. Le secret de la réussite: une alliance de titane et de composites.

2014 aura été une année marquante avec un premier contrat signé avec Air Méditerranée. Les 11 avions de la flotte (A320, 321 et B737) seront équipés de ces sièges révolutionnaires pour 1 million de dollars. En avril dernier, c'est l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne qui lui délivre l’agrément ETSO. Le siège "ultra-light" est donc habilité à voler à bord des compagnies aériennes du monde entier. Il respecte les normes de sécurité fixées par l’Union Européenne.

Expliseat peut ainsi voir loin et vise de devenir leader mondial du siège destiné à la classe économique. Il compte bien se tourner rapidement vers les marchés américains et asiatiques. 

Chimie Verte: Algopack

Les ancêtres de Rémy Lucas récoltaient les algues sur les plages bretonnes pour en faire des engrais ou encore du verre. Depuis près de 15 ans, il se consacre à cette idée: remplacer le plastique par l’algue. En 2010, il crée Algopack. 1,5 million d'euro déjà investis pour développer l'entreprise.

Algopack est la première entreprise au monde à fabriquer et à commercialiser un matériau à base d’algues. À la clé, Algo Blend, 50% algues et 50% plastiques et surtout, ce nouveau matériau 100% à base d'algues Algopack. Ces dernières sont cultivées en mer. De 12 hectares, Algopack va étendre sa culture à 145 hectares. L'algue ne consomme pas d'engrais, de pesticides, pas de quantité importante d'eau. 

Emballages, jouets, revêtements de sol... tout est possible avec ces algues. Le groupe vise un chiffre d'affaires de 30 millions d'euro d'ici 5 ans. Il réalise déjà 80% de ses ventes à l'export

Economie Collaborative: jestocke.com

"Aller chez les loueurs professionnels pour entreposer pour un court temps ce que nous ne pouvions pas emporter coûtait cher… dans des lieux souvent glauques". Partant de ce constat, Laure Courty a décidé de lancer jestocke.com. C'était en octobre 2013.

Skis, vélos, meubles inutilisés, chacun est toujours à la recherche d'espace. Cette solution permet une économie jusqu'à 60% sur le prix d'une location traditionnelle.

Laure Courty évalue le prix d'une location d'un espace à Paris de 6 m2 à environ 120 euro/mois. Son site prend une commission de 10 à 20% sur la transaction. 

Le succès de la réussite de jestocke.com: une offre qui inclut une assurance. Elle vient compléter l'assurance du propriétaire. Elle a été mise au point avec un cabinet de courtage spécialisé dans la consommation collaborative, le cabinet Albinet et signé avec Covéa Risks. De quoi se rassurer en cas de dégâts des eaux, de vol ou de feu.

Laure Courty bouscule les modèles traditionnels et pourrait bien continuer. Elle envisage un service BtoB pour mutualiser les espaces de stockage.

Prix Spécial: Zéro Gâchis

Être informé facilement et gratuitement des remises dans les grandes surfaces sur des produits à la limite de la date de péremption. C'est l'idée toute simple et unique au monde de deux jeunes frères brestois: Paul-Adrien et Christophe Menez.

Sensibilisés tout petit à la problématique du gaspillage alimentaire (les fins de mois étaient parfois difficiles), il leur semblait plus que logique de faire le choix d'une création d'entreprise qui a du sens.

Trois enseignes ont suivi en quelques mois, le Leclerc historique de Landerneau, Système U et Intermarché. Tous les matins, grâce au logiciel sur-mesure et sécurisé fourni par les jeunes entrepreneurs, ils réactualisent les promotions de -30% à -70%.

Le consommateur les retrouve sur le site Zéro-Gâchis et en route pour le supermarché. Aucune vente ne se fait via l’interne. Un rayon spécial décoré en vert permet de s'y retrouver. 

Zéro Gâchis se rémunère sur la base d'un forfait en fonction de la surface. Une trentaine de grandes surfaces a suivi le mouvement. Le nombre d'invendus peut chuter de 90%.

Partis de Bretagne, ils comptent bien gagner le reste de la France. Près d’un demi-milliard de produits non alimentaires invendus sont détruits chaque année en France.

Nathalie Croisé