BFM Business

EXCLUSIF : Suez choisit un président temporaire

L'actuel directeur général de Suez, Jean-Louis Chaussade, va devenir président pour un an.

L'actuel directeur général de Suez, Jean-Louis Chaussade, va devenir président pour un an. - ERIC PIERMONT / AFP

Le directeur général sortant, Jean-Louis Chaussade, va devenir président du spécialiste de l’eau pour seulement un an. Un compromis pour éviter un bras de fer avec Engie, le premier actionnaire de Suez.

Il faut savoir éviter les guerres. Chez Suez, le choix du nouveau président tournait au bras de fer ces dernières semaines. L’actuel président, Gérard Mestrallet, laissera son tablier en mai prochain, atteint par la limite d’âge de 70 ans. L’actuel directeur général, Jean-Louis Chaussade, milite depuis plusieurs mois pour remplacer son vieil ami de 30 ans alors qu’il cède lui aussi sa place à son bras droit Bertrand Camus. Mais le premier actionnaire, Engie -avec 32% du capital- ne souhaitait pas voir l’ancien directeur général devenir président et chapeauter son successeur.

Un jeu de chaise musical qui devenait assourdissant tant les uns et des autres manœuvraient en coulisse. Pour éviter une guerre ouverte entre Engie et Suez, les deux entreprises ont trouvé un compromis. « Une solution en deux étapes qui convient à tous les protagonistes » explique une source proche du groupe, sans se demander si elle est utile pour la bonne gouvernance de l’entreprise.

Trois présidents en deux ans

Selon nos informations, Jean-Louis Chaussade va devenir président de Suez à partir de mai prochain… mais pour un an seulement ! L’an prochain, il cèdera sa place à un président extérieur à l’entreprise. Une recherche sera lancée dès l’été prochain, ce qui promet un nouvel épisode de gouvernance pour le groupe... Le troisième en deux ans. Cette décision sera validée « mardi par le conseil d’administration de Suez » nous explique une source proche de l’entreprise. Elle sera ensuite officialisée mercredi à l’occasion de la publication des résultats annuels du groupe.

La nouvelle gouvernance transitoire prendra effet en mai prochain. A cette occasion, quelques mouvements auront lieu au conseil d’administration. L’ancienne directrice générale adjointe d’Engie, Valérie Bernis, abandonnera son siège. Mais à l’inverse, l’ancienne présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, sera renouvelée pour un mandat de quatre ans.