BFM Business

Engie envisage de céder sa participation dans la société d'ingénierie GTT

L'État avait déjà vendu 4,1% du capital d'Engie début janvier

L'État avait déjà vendu 4,1% du capital d'Engie début janvier - Éric Piermont - AFP

Engie a précisé vendredi quelles activités de services devraient sortir de son giron. Il a aussi annoncé mettre en vente ses parts dans GTT, une société spécialisée dans les systèmes de confinement pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié.

Engie a précisé vendredi quelles activités de services devraient sortir de son giron. Il a aussi annoncé une possible cession de ses parts dans GTT, une société spécialiste, elle, des systèmes de confinement pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié.

Le géant de l'énergie a fait ces annonces en parallèle de la publication de ses résultats, en baisse sur neuf mois en raison de la pandémie de Covid-19. Le groupe a toutefois confirmé ses objectifs annuels après un meilleur troisième trimestre.

Engie avait annoncé fin juillet de nouvelles orientations stratégiques et dit réfléchir à l'avenir de ses activités de services, sur un périmètre représentant environ deux tiers de leur chiffre d'affaires, soit 12 à 13 milliards d'euros. Ce découpage a été précisé vendredi.

Nouvelle entité

Engie conservera les activités de réseaux urbains de chaleur et de froid, production d'énergie décentralisée, efficacité énergétique, activité de "ville intelligente", mobilité verte et ingénierie.

Pour les autres services qui doivent sortir de l'orbite d'Engie, une nouvelle entité va être créée. Elle comprend les activités d'installations électriques, chauffage, ventilation et climatisation ainsi que les services liés à l'information et la communication.

"Les activités de services, Engie Solutions, seraient coupées en deux avec la sortie du groupe de 74.000 salariés, soit près de la moitié des effectifs mondiaux; dans certains pays comme le Royaume-Uni et la Belgique, tous les services seront sortis du groupe", indique la CGT, premier syndicat, dans un communiqué.

Les représentants du personnel seront plus précisément informés "au cours du premier trimestre 2021", précise la direction. L'avenir de cette entité - vente, introduction en Bourse, ouverture du tour de table - doit encore être déterminé.

Engie ajoute avoir entamé une "revue stratégique" de sa participation dans GTT, dont il détient 40,4%. Cela pourra se traduire par une vente totale ou partielle de cette participation.

Résultats en baisse

La CGT s'alarme d'un "démantèlement complet du groupe" à venir et met en garde contre "des rachats et reventes en cascade, et au final, des risques sociaux énormes".

Le syndicat alerte sur "les risques forts d'OPA sur le groupe qui rétrécit à vue d'oeil" et considère que "Total est à l'affût pour racheter le négoce, le commerce et les énergies renouvelables". Pour la CGT, "le projet est (...) de permettre aux actionnaires de vendre le groupe au meilleur prix et de s'en dégager".

Concernant les résultats, le chiffre d'affaires a reculé de 8,5% à 39,6 milliards d'euros sur la période de neuf mois achevée fin septembre.

Le résultat opérationnel courant a chuté pour sa part de 27,9% à 2,8 milliards, plombé par l'activité de solutions clients et de fourniture d'énergie face à la pandémie.

L'impact négatif de celle-ci a été estimé à environ 1 milliard d'euros.

Au seul troisième trimestre, le résultat opérationnel courant recule toutefois moins fortement de 14,7% ou progresse même de 2% sur une base organique.

"Les performances d'Engie ont démontré une forte reprise au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, a souligné la directrice financière, Judith Hartmann. Nous prévoyons d'atteindre nos objectifs financiers en 2020 dans les fourchettes annoncées".

Le résultat opérationnel courant est ainsi toujours attendu dans une fourchette indicative de 4,2 à 4,4 milliards d'euros.

OC avec AFP