BFM Business

En Angleterre, un bus carbure aux excréments humains

Un bus qui roule aux excréments humains.

Un bus qui roule aux excréments humains. - GENeco

Les déjections humaines valent peut-être de l’or. GENeco, une firme britannique, les utilise comme carburant pour ses bus.

La matière fécale pourrait révolutionner les moyens de transport. Proclamée "Capitale verte 2015 Européenne", Bristol a mis sur route en novembre le premier biobus fonctionnant aux excréments humains et déchets alimentaires. Cet autobus, conçu par la société GENeco, assure la liaison entre la ville de Bath et l'aéroport Bristol dans le sud de l'Angleterre. 

L'habillage de ce véhicule est explicite pour en montrer son fonctionnement. On y voit des personnes assises sur...des toilettes. Le bus de 40 places roule grâce au biogaz, un gaz naturel produit par la fermentation des déchets alimentaires, des eaux usées et des déjections humaines. Cette réaction se produit naturellement, dans les marais ou les centres de stockage, mais elle peut également être provoquée, comme l'a fait GENeco. La société récupère directement cette matière première dans le système d'égout de Bristol et l'envoie dans des cuves où elle subit un procédé de digestion anaérobie (un organisme qui se produit sans oxygène).

Le biobus est "alimenté par les gens qui vivent dans les environs"

Les déchets annuels de cinq personnes peuvent alimenter un bus, qui avec un plein est capable d’atteindre une autonomie de 300 kilomètres.

"Les véhicules alimentés au gaz ont un rôle important à jouer dans l'amélioration de la qualité de l'air dans les villes du Royaume-Uni, mais le bio-bus fait mieux puisqu'il circule grâce aux personnes vivant dans la région, y compris celles qui sont très probablement dans le bus lui-même", déclare Mohammed Saddiq, directeur de GENeco, au Telegraph

Limiter la pollution de l’air avec des déjections humaines

En plus de recycler les matières fécales, ce bus rejette 80% d’oxyde d’azote et 20 à 30% de CO2 de moins qu'un moteur traditionnel. "Les véhicules au gaz ont un rôle important à jouer dans l’amélioration de la qualité de l’air dans les villes britanniques" s'enthousiasme Mohammed Saddiq. En outre, le bus n’évacue pas une mauvaise odeur grâce à la méthanisation. Un bus écolo sur toute la ligne. 

K.F