BFM Business

Défi alimentaire: vous êtes prêts à manger des insectes!

Vous êtes 62 % à vous dire prêts à manger des insectes pour faire face aux enjeux alimentaires de demain d'après notre dernier sondage

Vous êtes 62 % à vous dire prêts à manger des insectes pour faire face aux enjeux alimentaires de demain d'après notre dernier sondage - Ynsect

BFM Business organise les Grands Prix Business Durable. Dans la catégorie "Chimie Verte", l'un des candidats est Ynsect. Son ambition: nourrir les animaux d’élevage avec  des mouches ou des scarabées.  La start-up développe donc des farines protéinées produites à partir de larves, dans des bioraffineries d’insectes. Vous-mêmes, vous êtes prêts d'après notre dernier sondage à en mettre dans votre assiette.

Finalement les Européens ne sont peut-être pas si frileux et prêts à faire comme beaucoup d'autres personnes dans le monde, comme le prouve le résultat de notre dernier sondage. A la question êtes-vous prêts à vous nourrir d'insectes, vous dites oui à 62%. Ils sont déjà 2 milliards à se nourrir de ces délicates bestioles. 1.400 espèces sont mangées en Afrique, Amérique Latine ou Asie. L'équation est simple: nous serons près de 9 milliards à l’horizon 2050. Ce sont 1.500 millions d’hectares de sols qui sont cultivés sur l’ensemble de la Terre. Il reste 1.800 millions d'hectares de sols non exploités. Mais à y regarder de près, il s'agit de forêts et des déserts exploitables. Les cultures ne peuvent pas s'étendre à l'infini. Dans le même temps, l'urbanisation gagne du terrain. A l'horizon 2050, 80% de la population mondiale vivra en ville.

Un plein de protéines

Un quart des terres cultivées est utilisé pour la production alimentaire du bétail, l’élevage représente 18% des émissions de gaz à effet de serre, Il faut 3 à 15 fois plus de place pour produire des protéines animales que des protéines végétales. Le calcul est vite fait. Araignées, vers, criquets et autres larves, les insectes vont gagner de la place dans nos assiettes. Ceux-ci sont d’excellentes sources de protéines et de calcium. Leur teneur en graisse et en cholestérol est faible. Les insectes ont besoin de quatre fois moins de nourriture que le bétail pour produire l’équivalent d’un kilo de viande. Ils produisent beaucoup moins de gaz à effet de serre et consomment moins d’eau que le bétail. En Europe, nous avons encore du mal à nous sentir concernés mais des entreprises se lancent dans le commerce d'insectes. C'est le cas de Micronutris. Au menu des chocolats et des macarons aux grillons ou aux vers de farine.

Nathalie Croisé-Yves Cappelaire