BFM Business

Bruxelles met à l'amende le cartel des recycleurs

Margrethe Verstager a qualifié le comportement des trois sociétés "d'impardonnable"

Margrethe Verstager a qualifié le comportement des trois sociétés "d'impardonnable" - Thierry Charlier - AFP

La Commission européenne a infligé une pénalité de 27 millions d'euros à trois sociétés dont le français Recylex, pour avoir entravé la concurrence sur le recyclage de batteries d'automobiles.

La Commission européenne a infligé ce mercredi une amende de près de 27 millions d'euros au recycleur français de métaux Recylex (ex-Metaleurop), impliqué dans un cas de cartel avec trois autres entreprises, selon un communiqué.

Sont également frappés par des amendes le britannique Eco-Bat Technologies et le belge Campine, respectivement de près de 33 millions d'euros et d'environ 8 millions d'euros. L'américain Johnson Controls, qui a révélé l'existence de l'entente à la Commission européenne, n'a pas été mis à l'amende.

"Un comportement intolérable"

"Nous ne pouvons pas tolérer un comportement qui nuit à la concurrence. Les entreprises sanctionnées aujourd'hui se sont entendues pour maximiser les bénéfices qu'elles tirent du recyclage des déchets de batteries, en réduisant la concurrence sur ce maillon essentiel de la chaîne du recyclage", a déclaré la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

De 2009 à 2012, ces quatre entreprises de recyclage ont participé à une entente visant à fixer les prix d'achat des déchets de batteries automobiles plomb-acide en Belgique, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

En 2015, Recylex avait fait un chiffre d'affaires de 385 millions d'euros et une perte de 39,4 millions d'euros.

J.M. avec AFP