BFM Business

Après avoir "inversé ses business models", Engie maintient "ses perspectives de croissance"

L’instabilité du climat géopolitique n'a pas pesé sur l’activité du groupe énergétique français en 2019. Notamment grâce au renversement de modèle économique opéré par Engie, comme le souligne Isabelle Kocher, la directrice générale du groupe.

Invitée sur le plateau de Good Morning Business ce mercredi 28 août sur BFM Business, la directrice générale d'Engie Isabelle Kocher assure que "les perspectives de croissance sont maintenues sans aucun doute" pour son groupe. Pour quelle raison? D’abord, souligne-t-elle, parce que "nos fondamentaux sont très positifs".

Et de préciser : "Nous sommes une entreprise qui a inversé ses business models, qui essaie vraiment d’adresser le sujet de l’invention de nouveaux modèles économiques. C’est vraiment nécessaire et nous, nous avons inversé nos business models. Nous étions une entreprise qui, avant, vendait de l’énergie, en produisant et en vendant le plus d'énergie possible… Aujourd’hui, c’est l’inverse. Notre premier métier c’est d’aider nos clients à consommer moins d’énergie et d’être rémunéré pour cela. A chaque fois que notre chiffre d’affaires augmente, cela veut dire que nous avons réussi à provoquer plus d’économies d’énergie. C’est le modèle de la sobriété. Et c’est un modèle qui marche très bien".

Business model inversé : testé et confirmé?

Reste à savoir si cette inversion de business model a été totalement opérée et si elle se traduit en matière de résultats… "Elle est faite", assure la directrice générale d'Engie. "Quand vous faites la comparaison de la dynamique d’Engie avant-après, il n’y a pas photo. Nous étions en décroissance systématique. En 2015, nous étions en décroissance de 9% sur tous les indicateurs. Parce que le modèle n’était plus celui que la société voulait. Aujourd’hui, nous faisons +5% de manière consistante. La démonstration par les chiffres est faite".

J. C-H