BFM Business

Yannick Bolloré sur Vivendi et Havas: "Rien ne nous oblige à nous rapprocher"

Yannick Bolloré, le PDG du groupe Havas.

Yannick Bolloré, le PDG du groupe Havas. - Capture BFM Business

Le PDG du groupe Havas, Yannick Bolloré, était l'invité ce mercredi de Good Morning Business. Il a commenté les résultats financiers de son entreprise et développé les perspectives d'avenir de celle-ci.

"Il n'y a pas de discussions entre le groupe Vivendi et le groupe Havas". À la tête du sixième groupe publicitaire mondial, Yannick Bolloré s'est montré catégorique, expliquant qu'Havas "a[vait] développé sa stratégie avec succès". Il reconnaît cependant que les deux empires -dont l'actionnaire commun est Vincent Bolloré, son père- "évoluent dans des univers similaires: celui de la communication pour l'un et des médias pour l'autre". 

Cependant, "Havas a présenté des résultats très bons et Vivendi a des perspectives très bonnes. Rien ne nous oblige donc à nous rapprocher" a-t-il ajouté. Pour rappel, Havas a réalisé 2,28 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2016 (en hausse de 4% par rapport à 2015) et a dégagé un bénéfice net de 177 millions d'euros l'an dernier. Yannick Bolloré s'interroge cependant sur la taille de son entreprise, qui emploie 20.000 salariés dans le monde, estimant qu'il "est important d'avoir de l'agilité pour évoluer vite". 

"On est au démarrage des changements induits par la pub digitale" 

Interrogé sur la pérennité des activités du groupe Havas face aux géants de l'internet que sont Google ou encore Facebook, Yannick Bolloré s'est montré rassurant. "Nous avons une mission assez simple: mettre en relation des marques avec des consommateurs potentiels".

Estimant que "le monde est de plus en plus complexe", ce qui implique de nouvelles formes de communication, le PDG du groupe Havas croit en la capacité de ses équipes à travailler de pair avec ces nouveaux acteurs. "Ce surcroît de complexité rend notre rôle de conseil et d'intermédiaire de plus en plus important. J'imagine donc un avenir plus souriant pour notre groupe et notre industrie" a-t-il indiqué, rappelant que l'industrie publicitaire "[n'était] qu'au début des changements induits par le digital".

Yannick Bolloré a également rappelé qu'en dépit du Brexit ou de l'élection de Donald Trump, deux événements accueillis avec surprise par de nombreux salariés du groupe Havas, l'entreprise va continuer à investir dans ces pays. "L'Angleterre reste un pays clé" pour le groupe "tout comme les États-Unis". 

A.M.