BFM Business

Vivendi condamné à verser 765 millions d'euros à Liberty Media

BFM Business

Vivendi, le groupe français de médias et de services télécoms, a indiqué dans la nuit de mercredi à jeudi qu'un tribunal new yorkais avait confirmé sa condamnation par un jury, prononcée le 25 juin, à payer 765 millions d'euros de dommages à l'américain Liberty Media. Le tribunal a rejeté les "post-trial motions" déposées par Vivendi pour contester le verdict du jury.

Dans un court communiqué, Vivendi se dit convaincu de n'avoir commis "aucun manquement" et annonce sa volonté faire appel. Toutefois, pour faire appel, le groupe devra fournir à la justice américaine de l'argent en garantie ("sureté"). Il a conclu le 28 septembre un accord avec des banques lui permettant de fournir cette garantie.

A fin septembre, Vivendi n'avait toujours pas passé de provision couvrant cette condamnation, estimant que le seul verdict du jury du 25 juin ne constituait pas encore "un jugement exécutoire à l'encontre de Vivendi".

Rappelons que Liberty Media, dirigé par le magnat américain John Malone, avait porté plainte contre Vivendi en 2003 pour "fraude, déclaration trompeuse et dissimulation", suite au rachat par Vivendi de USA Networks, le groupe de Barry Diller. Vivendi avait payé Liberty Media en titres: 37,4 millions d'actions, soit 3,5% du capital de Vivendi. En décembre 2001, lorsque le rachat d'USA Networks est annoncé, ces actions Vivendi valaient 2,1 milliards d'euros. Lorsque l'accord est finalisé en mai 2002, elles ne valent plus que 1,3 milliard. Et seulement 666 millions d'euros quand Liberty Media les revend à l'automne 2003.

Jamal Henni