BFM Business

TF1 dans le rouge au 1er trimestre

Gilles Pélisson poursuit la stratégie de son prédécesseur Nonce Paolini

Gilles Pélisson poursuit la stratégie de son prédécesseur Nonce Paolini - Serge Surpin Satellifax

"La filiale de Bouygues a perdu 13 millions d'euros au premier trimestre, en raison de charges opérationnelles non courantes. "

Bizutage douloureux pour Gilles Pélisson. Le nouveau PDG de TF1 a présenté ce mardi 26 avril ses premiers résultats depuis son arrivée le 19 février. Et il a dû annoncer, une perte nette trimestrielle de 13 millions d'euros. Ce n'est pas la première fois que la filiale de Bouygues affiche des pertes sur le premier trimestre d'un exercice annuel. Cela était déjà arrivé en 2013. 

Cette fois, la perte est essentiellement due à 34 millions d'euros de charges opérationnelles non courantes. Parmi elles, 15 millions sont imputables à une nouvelle méthode de comptabilisation des fictions françaises. Parmi ces charges, exceptionnelles, figurent aussi les pertes de LCI, qui est devenue gratuite, et a donc perdu les redevances versées par ses distributeurs comme CanalSat. Ces redevances avaient rapporté à la chaîne d'informations en continu 20 millions d'euros en 2015, soit 5 millions par trimestre. Le directeur financier Philippe Denery a indiqué que LCI, désormais uniquement financée par la publicité, devrait engranger une dizaine de millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 (contre 2 millions d'euros de publicité en 2014). Par ailleurs, la Une a confirmé sa prévision d'un marché publicitaire stable en 2016.

"Je ne suis pas Superman"

Gilles Pélisson a aussi détaillé son "accord opportuniste" avec Netflix sur la série Marseille. il a précisé que TF1, après avoir diffusé les 2 premiers épisodes le 12 mai, aura le droit de diffuser tous les huit épisodes au moment où Netflix diffusera la seconde saison. "Mais le fait que Netflix ne soit pas obligé d'investir dans la production française, ses problèmes fiscaux... ne nous plaisent toujours pas".

Gilles Pélisson a aussi évoqué "de potentielles acquisitions dans la production en Europe" pour compléter le rachat du producteur français Newen. Le PDG a expliqué que le boycott mené par France Télévisions vis-à-vis de Newen a duré "plusieurs mois, mais n'aura pas d'impact négatif sur l'année 2016".

Enfin, et non des moindres, Gilles Pélisson avait promis de présenter sa stratégie ce mardi 26 avril. Mais le nouveau PDG l'a fait rapidement et dans des termes très généraux (cf. ci-dessous), sans aucune annonce concrète ni aucun changement par rapport à la stratégie de son prédécesseur. "La stratégie est cohérente avec celle des années passées", a d'ailleurs admis Gilles Pélisson. Il a promis d'en dire plus fin juillet, lors de la présentation des résultats semestriels, ajoutant: "vous pensez peut être que je suis Superman, mais je suis là depuis seulement 60 jours". Le changement dans la continuité, en somme, à la tour TF1...

La stratégie de Gilles Pélisson

4 objectifs

*Renforcer le leadership du groupe TF1 sur la TV en clair en France en préservant la puissance de TF1 grâce à des contenus fédérateurs
*Créer l’offre digitale média référente du marché
*Être la seule régie capable d’offrir la puissance d’une offre unique et un ciblage extrêmement pointu
*Devenir un référent de la création TV en France et à l’international

6 chantiers

*Relance du modèle économique de la chaîne
*Optimisation du portefeuille de chaînes
*Développement et nouveaux business models 
*Un cœur d’activité réinventé
*Achats et production des contenus
*Agilité et simplification

Jamal Henni