BFM Business

Taxe à 75%: l'OL revoit ses objectifs financiers à la baisse

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique lyonnais, s'est longtemps battu contre la taxe à 75%.

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique lyonnais, s'est longtemps battu contre la taxe à 75%. - -

Le club de Jean-Michel Aulas estime que la taxe à 75% lui coûtera environ 6,5 millions d'euros. Ce vendredi 3 janvier, OL Groupe a donc officiellement remis en cause son objectif de retour à l'équilibre de ses comptes pour le 30 juin 2014.

La fronde des clubs professionnels de football ayant donné lieu à un flop retentissant, la taxe à 75% a bel et bien été adoptée par le Parlement, puis validée par le Conseil constitutionnel.

Et même si le Paris Saint-Germain devrait payer le plus lourd tribut (environ 20 millions d'euros), l'Olympique lyonnais est, lui aussi, largement impacté par la mesure. Selon OL Groupe, cette taxe devrait affecter ses comptes pour un montant de 6,5 millions d'euros.

Ce qui conduit le club dirigé par Jean-Michel Aulas à remettre en cause, ce vendredi 3 janvier, son objectif de retour à l'équilibre financier, espéré pour le 30 juin 2014.

La taxe à 75% "remet en cause l'objectif de retour à l'équilibre du résultat opérationnel courant pour l'exercice 2013-2014", indique ainsi un communiqué, qui précise que cette ambition reposait "sur un classement dans le haut du tableau de Ligue 1, un bon parcours en Ligue Europa et un plan de cession de joueurs, mais aussi l'absence d'impact éventuel de la taxe exceptionnelle de solidarité sur les hautes rémunérations".

L'Olympique lyonnais est actuellement 10eme en L1, et qualifié pour les 16e de finale de la Ligue Europa, niveau auquel il a été éliminé la saison dernière.

De nouveaux départs de joueurs en perspective

La taxe, elle, est applicable sur les années civiles 2013 et 2014. Elle est rétroactive, ce qu'ont dénoncé les clubs. Son maintien "impliquerait des ressources complémentaires qui ne peuvent être que difficilement obtenues compte tenu du contexte aléatoire et difficile sur le plan sportif et économique", souligne le communiqué de l'entreprise. Celle-ci prévoit de trouver des "produits supplémentaires" et "de céder des éléments actifs et opérer des cessions additionnelles de joueurs".

Actuellement, le milieu international et capitaine de l'OL, Maxime Gonalons, est sollicité par le club italien de Naples qui aurait proposé 12 millions d'euros pour un transfert dès ce mois de janvier. Le club espère également tiré un bénéfice substantiel de la revente de Yohan Gourcuff, actuellement le plus gros salaire de son effectif.

Sur l'exercice 2012-2013, OL Groupe avait accusé une perte nette de 28 millions d'euros. Il a été déficitaire chaque année depuis 2009-2010.

Yann Duvert avec AFP