BFM Business

L'Olympique lyonnais en situation financière périlleuse

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique lyonnais, doit amèrement rgretter l'élimination de son équipe en Ligue des champions.

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique lyonnais, doit amèrement rgretter l'élimination de son équipe en Ligue des champions. - -

Le club de Jean-Michel Aulas se retrouve dans une situation financière extrêmement périlleuse après son élimination de la Ligue des champions, mercredi 29 août. Explications.

Le couperet est tombé pour l’Olympique lyonnais. Le club de Jean-Michel Aulas ne disputera pas la Ligue des champions après son nouvel échec face à la Real Sociedad, mercredi 29 août.

Mais outre la déception sportive, le coup dur est également économique. La stratégie financière du club prend en effet en compte une qualification en Ligue des champions. Jusqu’à l’an dernier, les résultats de l’équipe lyonnaise lui ont donné raison, avec 12 qualifications consécutives. Et la quatrième place obtenue en championnat, seulement qualificative pour l’Europa League, avait alors été compensée par la vente d’actifs (des joueurs, en l’occurrence).

Plus de 10 millions d'euros envolés

Mais l’élimination de la plus prestigieuse (et de la plus lucrative) compétition une deuxième année de suite complique la donne. En effet, les revenus qu’elle procure ne sont pas négligeables : au titre de la saison 2012-2013, 904,6 millions d’euros ont été redistribués aux 32 clubs disputant la phase de groupe.

Une simple participation rapportait ainsi 8,6 millions d’euros, avec un bonus de 1 million par victoire, et de 500.000 euros par match nul. L’OL, sans avoir de prétentions sportives excessives, pouvait donc miser sur une manne de plus de 10 millions d’euros garantie. Sans compter les droits TV.

A titre de comparaison, le PSG, qui a atteint les quarts de finale l’an dernier, a obtenu près de 45 millions d’euros.

Chute de l'action OL Groupe?

Reste à savoir comment le club va gérer cette situation. L’émission obligataire, lancée au début du mois afin de boucler le financement du grand stade, n’a que moyennement fonctionné, puisque les deux actionnaires principaux, ICMI et Pathé, ont dû remettre au pot.

D’autant que le remboursement des obligations (en actions) à l’horizon 2023 se basera sur le cours de bourse à la date d’émission, soit 2,10 euros. La non-qualification en Ligue des champions devrait faire un peu plus chuter ce dernier, et l’opération ne s’avèrerait pas rentable si la tendance durait.

Pour rappel, le titre OL Groupe avait été introduit en Bourse à 24 euros, en 2007.

Au sein de l'Olympique lyonnais, on assure pourtant que cette élimination n'aura aucune incidence sur sa santé financière. "Lorsque les budgets ont été faits, on n'avait pas forcément pris en compte une qualification en Ligue des champions", confie un membre de la direction. "La politique est toujours la même, c'est à dire diminuer la masse salariale. Mais on ne va pas vendre trois joueurs demain parce qu'on est éliminé."

Yann Duvert