BFM Business

Rachat de la Fox: Disney contrôle désormais tous les super-héros Marvel

Une affiche du prochain film Avengers

Une affiche du prochain film Avengers - Marvel Studios

En mettant la main sur la 21st Century Fox, les studios s'emparent de la totalité des licences à succès de la maison de Comics. Ce qui va leur permettre de réaliser des superproductions très lucratives.

Pour les fans de comics c'est un rêve qui va bientôt devenir réalité: voir sur grand écran les X-Men de Wolverine côtoyer les Avengers d'Iron Man. Disney a en effet annoncé ce jeudi avoir racheté la majorité des actifs de la 21st Century Fox, parmi lesquels ses studios de cinéma, pour un total de 66 milliards de dollars dette comprise.

À l'annonce de cette opération historique, beaucoup ont avant tout retenu cette information: Disney s'empare de la totalité des licences Marvel. De quoi réjouir bon nombre d'internautes sur Twitter, l'un d'entre eux souhaitant voir sur grand écran Black Panther (un Avengers) épouser la jolie Tornade (une X-Men), comme dans les comics.

Jusqu'à présent, Disney ne pouvait en effet exploiter qu'une partie de l'univers de Marvel, qui est avec DC Comics, la plus grande maison d'édition de comics aux États-Unis, malgré le rachat en 2009 de Marvel Entertainment.

La faillite avant le succès

Pour comprendre ce paradoxe il faut se replonger dans l'histoire de la "maison des idées" (le surnom de Marvel). Dans les années 90, Marvel va en effet fort mal. En 1996, c'est la faillite. Pour survivre, elle décide de céder les droits d'adaptations au cinéma de certaines de ses licences à des studios. C'est ainsi que Columbia (et donc Sony) s'octroie Spider-Man tandis que les X-Men et les quatre Fantastiques tombent dans l'escarcelle de la Fox.

Marvel n'est alors clairement pas en position de force, et doit se contenter de toucher 5% de royalties sur les recettes générées par les films, révèle alors le Wall Street Journal.

Après cette perfusion d'urgence, Marvel reprend un peu du poil de la bête. Et observe Sony et la Fox engranger des centaines de millions de dollars au cinéma grâce à ses super-héros. Un tournant a lieu en 2003. David Maisel, alors consultant à l'agence Endeavor Talent, va voir le patron de Marvel Entertainment Avi Arad. Il lui assure avoir une idée pour augmenter la rentabilité de son groupe: produire ses propres films au lieu de les brader. Au moment de sa proposition, Marvel est d'ailleurs sur le point de lâcher Captain America à Warner Bros et Thor à Sony.

12,5 milliards de dollars de recettes

Pour convaincre Marvel de franchir le pas, il met alors au point un habile montage financier dans lequel Merril Lynch fournit un prêt de de 525 millions de dollars pour que Marvel puisse réaliser quatre films. En guise de garanties, Marvel met dans la balance les droits d'adaptation de six de ses héros.

Mais, même dans le cas où les films auraient été un fiasco et que Merril Lynch aurait ensuite adapté elle-même des films à partir de ces six héros, Marvel aurait gardé un taux de royalties de 5%, explique Slate. "Ainsi la situation n'aurait dans tous les cas pas été pire que si nous avions cédé nos licences à d'autres studios", expliquait David Maisel au Hollywood Reporter en 2016.

Marvel va alors produire Iron Man en 2008 qui sera alors un immense carton: 585 millions de dollars rapportés pour un budget estimé à 140 millions. Un succès qui éveille donc l'appétit de Disney qui paie 4 milliards de dollars pour acheter Marvel Entertainment en 2010, soit 10 fois plus que ce que cette dernière valait en 2003.

Depuis 2010, les films Marvel ont été une véritable vache à lait pour Disney. Les quinze productions sorties par la maison des idées depuis son rachat ont ainsi rapporté plus de 12,5 milliards de dollars, soit 800 millions par film en moyenne (alors qu'aucun d'entre eux n'a dépassé les 250 millions de dollars de budget).

Toujours plus de monde

Disney met surtout en place une stratégie gagnante celle du "cross-over", c'est-à-dire la réunion de l'ensemble de ses héros en un seul film, pour ramener davantage de fans. Sur ses quatre films ayant dépassé le milliard de dollars de recettes, trois sont ainsi des films avec non pas un mais plusieurs superhéros (les deux premiers Avengers et Captain America Civil War, où les héros se déchirent en deux camps).

Pour Civil War, Disney a poussé plus loin cette logique en faisant apparaître Spider-Man grâce à un accord avec Sony: l'homme-araignée apparaîtra désormais dans les films de Disney mais en échange les studios Marvel participeront aux processus de production des films Spider-Man de Sony (ils avaient par ailleurs renoncé à leurs 5% de royalties dès 2011) et prêteront un de leurs personnages phares, à savoir Iron Man. Bingo: la présence de Spider-Man réussit à Captain America Civil War qui dépasse toutes les attentes avec 1150 milliards de dollars de recettes.

Et le rachat de 21st Century Fox va permettre à Disney de poursuivre cette stratégie consistant à croiser au maximum ses licences. Ce qui est d'ailleurs très clairement suggéré dans le communiqué de Disney. "Cet accord permet à Disney de réunir les X-Men, les 4 Fantastiques et Deadpool au sein de la famille Marvel et de créer des histoires plus riches avec des univers plus complexes reliant l'ensemble des héros. Le public a prouvé à plusieurs reprises qu'il aime ces histoires", peut-on ainsi lire.

Le projet est d'autant plus simple à mettre en musique que, dans les comics, X-Men et Avengers se croisent et se recroisent, notamment dans le fameux X-Men Vs Avengers de 2012. De quoi inspirer Disney pour de longues années.

Julien Marion