BFM Business

Offre de rachat du Club Med: vers un nouveau rebondissement?

Fosun va-t-il surenchérir?

Fosun va-t-il surenchérir? - Eric Piermont - AFP

Le Chinois Fosun a jusqu'à vendredi soir pour surenchérir sur la proposition de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi. Ce dernier propose 21 euros par action et 22,41 euros par obligation convertible. A l'ouverture, le titre Club Med est suspendu.

L'action Club Med a été suspendue, ce vendredi 12 septembre, à la Bourse de Paris, à la demande de l'Autorité des marchés financiers. L'offre de rachat du Club Méditerranée pourrait bien connaître un nouveau rebondissement ce vendredi 12 septembre, avec un retour dans la course de Fosun. Le conglomérat chinois a en effet jusqu'à vendredi soir pour surenchérir sur la proposition de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi.

A l'ouverture, le titre Club Med est suspendu, à la demande du régulateur. Plus de 9% du capital du
groupe de loisirs ont été échangés en Bourse. Les actions Club Med ont été échangées au prix de 22 euros, rapporte l'un des traders, selon lequel le montant du capital échangé correspond à la taille de la participation d'Ardian dans Club méditerranée, qui était supérieure à 8% fin août, selon le site du groupe.

L'offre d'Andrea Bonomi, à 21 euros par action et 22,41 euros par obligation convertible, valorise le spécialiste des villages-clubs de vacances à 790 millions d'euros. Elle court jusqu'au 19 septembre, ce qui laisse jusqu'au 12 au soir pour une éventuelle surenchère auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF). "Fosun n'a jamais caché ses envies", notait un proche du dossier jeudi.

Une stratégie mise en cause

Si l'offre commune du conglomérat chinois et du fonds d'investissement français Ardian, soutenue par la direction du Club Med, a été abandonnée le 14 août, c'est parce qu'Ardian ne voulait pas augmenter sa mise. Obligations convertibles comprises, cette offre valorisait Club Med à 660 millions d'euros (17,50 euros par action et 19,79 euros par obligation).

Pour autant, Fosun avait alors fait savoir qu'il continuait de "réfléchir" à une solution. D'autant que le conseil d'administration de Club Med n'a considéré l'offre d'Andrea Bonomi qu'avec réticence.

Fin juillet, les administrateurs du groupe s'étaient déclarés favorables au prix offert par l'Italien, tout en exprimant leurs "interrogations" sur sa stratégie, susceptible de "remettre en cause les fondamentaux du modèle" Club Med.

Andrea Bonomi, qui a reçu le soutien de Serge Trigano, fils du fondateur du Club Med et ex-PDG du Club de 1993 à 1997, veut rééquilibrer le développement du groupe entre l'Asie, l'Amérique et l'Europe, en mettant l'accent sur la France. Allié à l'hôtelier sud-africain Sol Kerzner et à GP Investments, qui détient la chaîne d'hôtels brésiliens Brazil Hospitality Group, Andrea Bonomi compte aussi redynamiser les clubs 3 Tridents, de moyenne gamme, alors que la direction actuelle et Fosun privilégient le haut de gamme et poussent le développement vers le marché chinois. L'homme d'affaires italien prévoit un investissement de 150 millions d'euros supplémentaires sur 4 ans dans Club Med, "au-delà du plan de la société, pour accélérer son développement", avait-il indiqué le 30 juin.

Le camp Fosun et ses soutiens ont dû redoubler d'efforts pour trouver des partenaires prêts à débourser plus qu'Andrea Bonomi et ses partenaires. Ils ont approché, en vain, certains grands groupes français et étrangers, dont l'hôtelier Accor, avant d'imaginer finalement un montage qui intègre une composante française mais où la partie chinoise serait renforcée, selon des informations de l'AFP.

Aucun dossier n'avait encore été déposé jeudi soir auprès des autorités boursières. Fosun et Andrea Bonomi détiennent chacun un peu plus de 10% du capital de Club Med, tandis qu'Ardian en possède 8,3%. Courtisée dans ce dossier, la Caisse des Dépôts et consignations (CDC) compte aussi parmi les actionnaires de poids.

D. L. avec AFP