BFM Business

Nonce Paolini pourra rester à la tête de TF1 jusqu'en 2016

La prolongation du mandat du PDG Nonce Paolini n'a pas fait l'objet de débats

La prolongation du mandat du PDG Nonce Paolini n'a pas fait l'objet de débats - -

Les actionnaires de la Une ont repoussé jeudi 18 avril l'âge limite du PDG de 65 à 67 ans, ce qui permettra au titulaire du poste de rester jusqu'au 1er avril 2016.

Les actionnaires de TF1, réunis en assemblée générale jeudi 18 avril, ont reçu cette année en cadeau un DVD du film Amour de Michael Haneke. Sans doute la Une a-t-elle voulu adapter le cadeau à la population des petits porteurs qui ont fait le déplacement à la tour TF1, essentiellement des seniors... Ou simplement Nonce Paolini voulait-il aussi dire qu'il n'y avait pas d'âge pour aimer, et notamment pour aimer la Une.

Car la principale inconnue de cette AG était le vote de la résolution sur l'âge limite du PDG dans les statuts. Les actionnaires étaient invités à porter ce plafond de 65 à 67 ans, ce qui permettra à Nonce Paolini de rester jusqu'au 1er avril 2016.

Cette demande était ainsi justifiée par le conseil d'administration: "les enjeux stratégiques mis en place par Nonce Paolini à l’horizon 2015-2017 sont majeurs pour TF1, et doivent permettre de concrétiser et de mener à bien les opérations et les évolutions lancées en 2012 (partenariat Discovery ...). Par ailleurs, il paraît pertinent d’assurer une continuité dans le management, dans une période d’incertitude économique, pour préparer dans les meilleures conditions la succession de Nonce Paolini. Dans ce contexte, il s’agit de profiter de l’expérience et de la crédibilité acquises depuis 6 ans par le PDG".

Pas de contestation

A l'oral, Nonce Paolini n'a pas dit autre chose à ses actionnaires: "2013 et 2014 vont être une période difficile. Pas tellement en termes d'audience. Mais les conditions économiques générales seront compliquées".

Mais cette résolution (de type extraordinaire) nécessitait une majorité des deux tiers, ce qui n'était pas acquis d'avance. En effet, Bouygues ne détenant que 43,6% du capital et des droits de vote, il fallait aussi convaincre les autres actionnaires, qui sont les salariés (via leur fonds commun qui détient 6,2%), et plusieurs fonds américains (Manning & Napier, First Eagle IM..).

Finalement, cette résolution n'a fait l'objet d'aucune question des petits porteurs, et a recueilli 85% des voix. "C'est une bonne chose que le PDG reste dans ce contexte, déclare un petit porteur. Son âge ne l'empêche pas du tout d'exercer ce poste".

Les actionnaires présents ont préféré poser des questions sur d'autres sujets, et, au final, ont été assez peu critiques. L'un a déploré le faible cours de bourse. Un autre que l'abondante trésorerie ne soit pas redistribuée aux actionnaires sous forme de dividende exceptionnel...

"Ce que m'a dit François Hollande..."

De son côté, Nonce Paolini a fait un compte rendu de ses récentes discussions avec François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Aurélie Filippetti concernant la publicité sur France Télévisions. "Le président de la République nous a indiqué qu'il n'était pas question de rétablir la publicité après 20h pour l'instant. Le président de la République comme le premier ministre ont confirmé que cela n'était pas du tout dans leurs intentions. Ils comprennent très bien qu'une réintroduction de la publicité se traduirait par une captation supplémentaire [sur les autres médias] ou une baisse des prix. A ce stade, il n'y a donc pas de risque pour 2013 ou 2014".

Selon lui, "un scénario plausible" est donc un maintien de la publicité en journée, et une confirmation de son absence en soirée. Toutefois, si la France perdait son contentieux européen sur le financement de France Télévisions par les opérateurs télécoms, "alors l'Etat pourrait se reposer la question du financement de France Télévisions...."

Où l'on reparle de LCI en gratuit...

Last but not least, Nonce Paolini a présenté les "deux scénarios possibles" pour l'avenir de sa chaîne d'information LCI, qui est aujourd'hui une chaîne payante: "soit LCI reste en payant sur une base élargie; soit LCI passe en clair. Mais cela serait juridiquement difficile à obtenir: le CSA nous a déjà fait uen réposne négative. Mais les temps changent..."

Jamal Henni