BFM Business

Marseille va-t-elle voir ses plages privatisées par des hôtels de luxe?

La plage des Catalans, située en plein coeur de Marseille, a déjà bénéficié de travaux de sécurisation.

La plage des Catalans, située en plein coeur de Marseille, a déjà bénéficié de travaux de sécurisation. - Vincent Beaume - AFP

La ville examine un appel d'offres pour choisir les futurs concessionnaires qui pourront installer matelas et paillottes sur ses plages. L'Intercontinental et le Sofitel Vieux Port sont sur les rangs.

La populaire Marseille veut devenir une destination pour touristes aisés. Et si les hôtels de luxe se sont peu à peu installés dans la ville, avec un taux de remplissage en hausse, il manque à certains établissements un service essentiel: un accès à la plage. Mais cela pourrait changer grâce à la mairie qui mène actuellement une politique de revalorisation de son littoral. Celle-ci veut ainsi requalifier ses 21 plages, dont certaines sont à l'abandon.

"Nous n'avions aucune concession sur les plages qui appartiennent à l'Etat. Nous gérions les plages l'été pour ce qui relève de la compétence de la mairie, c'est-à-dire la sécurité -avec les postes de secours - et l'hygiène et la santé avec les toilettes et la mesure de la qualité de l'eau. Cela ne fait évidemment pas une politique de gestion des plages" explique au Figaro Didier Réault, adjoint au maire délégué à la mer.

Une ouverture dès l'été prochain

La mairie examine actuellement les réponses à l'appel d'offres lancé pour choisir les délégataires des restaurants-plagistes. Les résultats seront annoncés d'ici à la fin de l'année, dans la perspective d'ouvrir l'été prochain. L'Intercontinental et le Sofitel Vieux Port sont sur les rangs, afin de permettre à leurs clients d'avoir un accès à la mer.

Les Marseillais vont-ils être privés de plage? La mairie s'en défend puisqu'elle regrette le fait que ses habitants vont de plus en plus en périphérie de la ville, à Cassis, à Lecques… pour goûter aux plaisirs balnéaires.

"Nous voulons les voir revenir à Marseille et c'est pour cela que nous voulons leur proposer ces nouveaux services qui créeront des emplois", affirme Didier Raoult au quotidien. En tout cas, selon la loi, seulement 20% de la surface de la plage peuvent être privatisés par des paillotes et matelas payants.

Avec pour exemple, le projet de rénovation de la plage des Catalans, située en plein centre-ville. Concessionnaire des lieux depuis juillet 2013, la ville a déjà entrepris des travaux de sécurisation en détruisant notamment de vieux bâtiments. Le conseil municipal se penche ce 26 octobre sur la poursuite du projet. Il s'agit dorénavant de faire disparaître les derniers vieux vestiges sanitaires pour laisser place à des infrastructures neuves. Au final, la surface de sable disponible pour poser sa serviette va doubler. Pour cela, 3,5 millions d'euros ont été investis, auxquels devront s'ajouter une douzaine de millions supplémentaires selon Le Figaro.

C.C.