BFM Business

Les mésaventures de David Hallyday dans la production télé

David Hallyday a bénéficié du soutien de Nicolas Sarkozy pour obtenir une émission

David Hallyday a bénéficié du soutien de Nicolas Sarkozy pour obtenir une émission - Bertrand Guay AFP

En 2008, le chanteur s'est allié à l'animateur Cyril Viguier pour créer une société de production audiovisuelle. Une aventure peu fructueuse pour la vedette. La société a en effet été discrètement liquidée sans avoir produit grand chose...

Souvenez vous. En 2008, David Hallyday et Cyril Viguier annonçaient à grand bruit la création de leur société de production, DHCV. A grand renfort d'interviews dans le Figaro ou Paris Match, le chanteur et l'animateur affirmaient vouloir "reconstruire la télévision" -rien de moins...

Finalement, le duo n'a pas reconstruit grand chose. Leur société a été discrètement liquidée l'an dernier, laissant derrière elle un maigre bilan.

Bilan squelettique

Le capital de la société? Il s'élevait à seulement 4.000 euros, apportés à parts égales par le fils de Johnny et l'animateur au passé controversé.

Le chiffre d’affaires? Il a atteint seulement 201.987 euros sur l’exercice clos mi-2010, puis 180.750 euros sur l’exercice clos mi-2011, selon les comptes déposés au greffe.

Quant au résultat, on est très loin des 3 millions d'euros évoqués dans Stratégies. En réalité, DHCV a, à sa liquidation, cumulé 7.194 euros de pertes. Précisément, la société a réalisé un bénéfice net de +4.943 euros sur l’exercice clos mi-2010, puis une perte de -27.839 euros sur l’exercice suivant.

Monts et merveilles

Surtout, on peine à trouver ce que DHCV a produit. Certes, le chanteur et l'animateur avaient fait miroiter moult projets mirifiques dans la presse. Le duo avait ainsi promis un talk show radio quotidien d'une heure, ou encore une fiction pour la chaîne américaine Lifetime dans laquelle jouerait David Hallyday...

Autre projet évoqué: une mini-série consacrée aux compagnons de la Libération, à diffuser sur la chaîne américaine HBO. Une autre fois, on nous assurait que David Hallyday tournerait au printemps 2011 une série de fiction en anglais, dans un univers inspiré des jeux vidéo, et pour laquelle des contacts étaient en cours avec MTV... 

"Nous avons un projet avec Jean Reno", clamait ensuite David Hallyday. Ou encore, un film basé sur une ancienne série, Combat. "Le scénario du film est prêt. Nous travaillons sur son financement. Le budget avoisine 20 millions de dollars", assurait David Hallyday.

Des projets fantômes

Mais nulle trace de la concrétisation de tous ces projets dans les bases de données professionnelles. Les seuls productions réelles de DHCV semblent avoir été quelques films d'entreprise, des clips pour David Hallyday, et une poignée de documentaires: l'un sur Johnny Hallyday (qui n'a été diffusé que sur le site web d'Orange), et l'autre sur Jimmy Carter (dont on ne trouve pas trace de diffusion en France).

Reste que cette association aura quand même eu un intérêt politique. En effet, la présence de David Hallyday aurait permis d'obtenir le soutien de Nicolas Sarkozy, qui aurait insisté pour que le duo obtienne une émission sur France Télévisions. Patrick de Carolis et Patrice Duhamel refuseront (lire l'encadré). Et le duo se vengera en fustigeant leur action...

Des émissions, mais sans David Hallyday...

Mais Rémy Pflimlin, qui prendra la tête du service public en 2010, acceptera, et confiera plusieurs émissions à Cyril Viguier. Las! David Hallyday n'en profitera pas. En effet, ces émissions n'ont pas été produites par DHCV, mais par d'autres sociétés de Cyril Viguier.

Précisément, France Télévisions nous indique que le contrat pour Vendredi sur un plateau a été passé avec Plan C Productions, une société détenue à l'époque à 90% par Cyril Viguier, et 10% par Michèle Viguier. David Hallyday fournira juste la musique du générique de ce talk show hebdomadaire, diffusé à l'automne 2011 sur France 3 et arrêté au bout de 10 émissions faute d'audience...

France Télévisions précise avoir aussi commandé à Plan C un documentaire sur François Hollande diffusé en 2012. A partir de mai 2012, Cyril Viguier revendra progressivement Plan C à d'autres actionnaires (PM Holding, Paul Taiclet, Mohammed Derbouz, Lekrim Ould Bouali), qui liquideront la société en juillet 2013. Enfin, la dernière émission de Cyril Viguier qui démarre ce samedi 18 octobre sur NRJ 12 est produite par une autre société détenue par Cyril Viguier, CV Productions

Interrogé, Cyril Viguier a répondu qu'il s'agissait d'"éléments faux et totalement erronés, trouvé sur internet ou glané ici ou là" (sic). 

De son côté, la porte-parole de David Hallyday précise: "DHCV était gérée par Cyril Viguier. David Hallyday s'y est associé, car il s'intéressait à la production TV dans le but de créer et développer des programmes. Mais en 2011, David Hallyday a réalisé qu'il n'était pas fait pour ça, a décidé de quitter DHCV et de se concentrer sur ses projets personnels, notamment son album Un nouveau monde. Il n'est plus intervenu dans DHCV depuis 2011."

Et au vu des audiences de Rising Star, le télé-crochet de M6 où il est juré, on peut dire que la télévision en général ne lui réussit pas... 

Mise à jour: la nouvelle émission de Cyril Viguier samedi 18 octobre à 19h45 sur NRJ 12 a réuni 50.000 spectateurs en moyenne, soit 0,5% de part d'audience

Quand Sarkozy intervenait pour Hallyday et Viguier...

Dans son livre Cartes sur table (Plon), l'ancien directeur général de France Télévisions Patrice Duhamel raconte:

"Il y a les protégés de Nicolas Sarkozy. L'exemple le plus notoire est celui de David Hallyday. C'était devenu un point de friction récurrent. Je pense que le cas Hallyday a participé à l'aggravation de mes relations personnelles avec le président de la République, ce dernier considérant que cela ne devrait pas être très difficile de lui confier une émission. Alors que nous estimions que ce n'était pas obligatoirement une bonne idée. Il m'en a parlé pour la première fois le 1er mai 2008. Le téléphone a sonné, et Sarkozy m'a demandé: 'j'aimerais que tu reçoives David Hallyday au plus vite. Il a un très bon projet'. J'ai reçu David Hallyday et Cyril Viguier. Mais leur projet ne nous emballait pas, et nous n'avons pas donné suite. Devant notre refus poli mais ferme d'obtempérer, tout cela s'est envenimé dans les mois qui ont suivi. Et le sujet, qui revenait régulièrement sur le tapis, est devenu proprement lancinant (...)."

Jamal Henni