BFM Business

Les intermittents du spectacle sauvent leur régime d'assurance-chômage

Aurélie Filipetti évoquait une mesure "inacceptable en l'état".

Aurélie Filipetti évoquait une mesure "inacceptable en l'état". - -

Sous la pression du gouvernement, les syndicats et le patronat qui ont signé en mars la nouvelle convention Unedic auraient, selon des sources syndicales, revu leur copie pour atténuer les effets de la réforme de l'intermittence.

Pas encore entrée en application, la nouvelle convention Unedic qui établit les règles d'indemnisation des chômeurs risque bien d'être vidée d'une partie de sa substance.

Selon des sources syndicales, ce jeudi 24 avril, les partenaires sociaux qui ont signé le 22 mars cette nouvelle convention ont décidé de revoir leur copie pour atténuer le volet sur la réforme de l'indemnisation des intermittents du spectacle. Ceux-ci ont pourtant prévu de manifester ce vendredi 25 avril au Festival de Bourges.

Le patronat, FO, la CFDT et la CGC ont ainsi écrit une nouvelle version. Ils auraient établi une nouvelle formule de calcul du "différé" d'indemnisation, c'est-à-dire le délai de carence que doivent attendre les intermittents avant de toucher des indemnités.

"On a retouché un peu la formule de calcul du différé d'indemnisation des intermittents" pour "diminuer le nombre de jours de décalage, en particulier pour les plus basses rémunérations", a ainsi indiqué à l'AFP, Véronique Descacq, numéro deux de la CFDT.

Selon les Echos, avec cette nouvelle formule, 47% des intermittents seraient ainsi soumis à ce différé, contre 56% avec la précédente. A titre d'indication, à l'heure actuelle, seuls 9% des intermittents ont un différé.

Le coup de gueule de Filipetti

Problème: avec cette mesure, la réforme ne permettrait de dégager que 100 millions d'euros d'économies. Or le Medef, qui proposait à l'origine la suppression pure et simple du régime des intermittents du spectacle, avait prévenu que toutes modifications concernant le régime des intermittents devrait se faire à économies constantes.

Pour récupérer les 20 millions d'euros manquants, les partenaires sociaux ont décidé de durcir le plafond qui limite le cumul entre les allocations versées et les salaires issus de petits emplois. Ce plafond passera ainsi de 5.475 euros à 4.283 euros bruts.

De fait les partenaires sociaux cèdent à la pression mise par le gouvernement et plus particulièrement d'Aurélie Filipetti. Le 16 avril dernier sur Radio Classique, la ministre de la Culture avait remis en cause le système de différé frappant les intermittents du spectacle, la qualifiant d'"erreur" et de mesure "inacceptable en l'état".

Le texte final des partenaires sociaux doit être soumis à une ultime validation le 6 mai prochain.

Bfmbusiness.com avec AFP