BFM Business

Les Gafa vont-ils s'intéresser aux droits TV de la Ligue 1?

Les droits de la Ligue 1 seront remis en jeu pour une période débutant en 2020.

Les droits de la Ligue 1 seront remis en jeu pour une période débutant en 2020. - Damien Meyer - AFP

Google, Apple, Facebook ou Amazon pourraient s'intéresser de près aux droits sportifs français, et en particulier à la Ligue 1, selon le patron de la Ligue de football professionnel.

Les droits de la Ligue 1, qui doivent être remis en jeu après 2020, vont attirer les groupes de TV payante, les opérateurs télécoms, mais pourraient aussi intéresser les Gafa, les géants de l'internet américain, a estimé ce mardi Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel (LFP).

"Les droits du football ne sont plus seulement un business de 'pay-TV' (chaînes payantes)", à l'instar de Canal Plus, beIN Sports ou Sky, a souligné le responsable au cours d'un colloque sur les médias et le numérique à Paris. "C'est clairement devenu un business de 'pay-TV', d'opérateurs télécoms et de Gafa", a-t-il souligné, commentant l'acquisition par SFR des droits de la Ligue des Champions et de l'Europa League en France, annoncée la semaine dernière.

Les Gafa ont déjà un pied en Allemagne

Didier Quillot a rappelé que l'opérateur BT sports avait acheté des droits du football en Grande-Bretagne, qu'Orange allié à Vodafone avait fait de même en Espagne, tandis que les droits pour l'Italie et l'Allemagne devaient être attribués dans les semaines qui viennent par l'UEFA.

Les Gafa (acronyme désignant Google, Apple, Facebook, Amazon, NDLR) "ont mis un pied en Allemagne l'année dernière". "Donc je ne vois pas pourquoi ils ne le feraient pas ailleurs en Europe occidentale", a observé Didier Quillot, interrogé sur la L1.

Amazon "a acheté un lot de la Bundesliga l'an dernier plusieurs dizaines de millions d'euros", tandis qu'aux États-Unis, Facebook a acheté des droits pour diffuser des matchs de NBA, et Twitter ceux de la NHL, a-t-il rappelé. Didier Quillot n'a en revanche pas donné de calendrier pour les droits de la L1 ni confirmé de chiffres sur les sommes que la LFP espère récolter.

Y.D. avec AFP