BFM Business

Les Français pourront s'expatrier au Brésil avec un visa "vacances travail"

Les Français pourront partir au Brésil en PVT.

Les Français pourront partir au Brésil en PVT. - Mauro Pimentel - AFP

En mars, le Brésil est devenu le quatorzième pays accordant aux jeunes Français des visas leur permettant de s'installer une année dans leur pays pour y travailler. Il va néanmoins attendre encore un petit peu pour l'obtenir.

Les Français sont friands du programme vacances travail ou PVT. Chaque année, plus de 40.000 jeunes Français profitent de ce visa. Il permet aux 18-30 ans (35 ans pour le Canada) de voyager et travailler dans certains pays pendant un an.

Jusqu'alors, les pays concernés étaient le Japon, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Russie, l'Argentine, Hong Kong, le Chili, la Colombie, Taïwan, l'Uruguay et le Mexique. Un petit nouveau a rejoint leurs rangs le 1er mars: le Brésil. Néanmoins, selon le site référence en la matière, PVTistes.net, les Français vont devoir attendre un peu. Si les jeunes Brésiliens peuvent d'ores et déjà faire leurs demandes de visa, les autorités brésiliennes mettent du temps à mettre en place dans les faits l'accord signé entre les deux pays. Les Français ne peuvent donc pas encore partir. Des mises à jour régulières sont faites sur la page Facebook du site.

Les conditions pour partir

France Diplomatie rappelle qu'outre l'âge, il existe d'autres conditions pour pouvoir partir. Il faut être titulaire d'un passeport français en cours de validité, ne pas être accompagné d'enfants à charge et être en possession d'un billet retour de de ressources suffisantes pour subvenir aux besoins dans les premières semaines de l'installation. Le montant minimal des ressources varie selon les pays: Australie, environ 3800 euros ; Canada, 2100 euros ; Corée du Sud, 2500 euros ; Japon, 3100 euros ; Nouvelle-Zélande, 2500 euros ; Argentine, 2500 euros ; Hong-Kong, 2500 euros; Chili, 2500 euros, Mexique, 2500 euros, Taïwan, 2100 euros... 

Des quotas par pays

Certains pays demandent de fournir un CV, un certificat médical et un casier judiciaire vierge. Il faut également pouvoir justifier de la possession d'une assurance privée couvrant tous les risques liés à la maladie, la maternité, l’invalidité, l’hospitalisation et le rapatriement pour la durée du séjour.

Toutes ces conditions ne garantissent pas forcément de pouvoir partir. En effet, à l'exception de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, les autres pays ont établi des quotas. Ainsi, le Canada n'accueille, par an, que 6.750 Français, la Corée du Sud 2.000, le Japon 1.500, l'Argentine 700, la Russie, Hong-Kong et Taïwan 500, le Chili, la Colombie et le Mexique 300.

Diane Lacaze