BFM Business

Lejaby pourrait se coter en Bourse

Deux ans après avoir frôlé la faillite, Lejaby se relance en montant en gamme.

Deux ans après avoir frôlé la faillite, Lejaby se relance en montant en gamme. - -

Alain Prost, le PDG de la marque de lingerie de luxe à l'agonie il y a deux ans, a annoncé ce mardi 27 mai, à l'occasion des 130 ans de la griffe, son éventuelle cotation en Bourse.

Lejaby fêtait ses 130 ans, ce mardi 27 mai. La marque qui a frôlé la faillite il y a deux ans célébrait sa renaissance dans le décor de boudoir du Lido, le cabaret parisien. A cet occasion, le repreneur de la maison de corsetterie, Alain Prost, a déclaré que le futur de la marque pourrait passer par une introduction en Bourse.

"Plusieurs scenarii sont à l'étude", a révélé le PDG de Lejaby."On étudie une augmentation de capital", a-t-il poursuivi, assurant que "de nombreux investisseurs étrangers américains et chinois mais aussi français sont intéressés".

"Un scénario d'introduction en Bourse est également possible, a expliqué l'ex-patron de la Perla, mais quel que soit le choix "tout sera bouclé cet été" selon lui. "Notre objectif est de doubler notre chiffre d'affaires d'ici 5 ans", a-t-il indiqué. "Aujourd'hui on marque le renouveau pour commencer une nouvelle histoire", s'est-il réjoui.

Made in France... and Tunisia

Le retour en grâce de Maison Lejaby a été consacré, en février, par le premier défilé de la griffe de sous-vêtements de luxe, lors de la fashion week parisienne. La marque aux 207 salariés en a profité pour acter sa montée en gamme.

Son PDG a repris partiellement en janvier 2012 les activités du fabricant français de lingerie, alors en très grande difficulté. A cette époque, Lejaby était devenu le symbole du made in France à sauver pendant la campagne présidentielle. Nicolas Sarkozy s'était ainsi affiché sur place. Arnaud Montebourg avait également fait le déplacement.

Aujourd'hui, la marque de prêt à porter sous-traite la majeure partie de sa production en Tunisie. Seule la collection "couture", soit 10% de l'activité, est confectionnée dans l'Hexagone.

N.G. avec AFP