BFM Business

Le tourisme américain commence à pâtir du décret Trump

Un touriste yéménite tenant son passeport le 6 février dernier

Un touriste yéménite tenant son passeport le 6 février dernier - WinMcNamee - Getty Images - AFP

Le nombre de réservations a chuté de 6,5% depuis le 27 janvier, date à laquelle le président américain a paraphé le document interdisant l'accès aux États-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Le décret Trump anti-immigration a des répercussions négatives pour l'attrait touristique des États-Unis. Le nombre de réservations a diminué de 6,5% par rapport à l'an dernier depuis la signature de ce texte, a rapporté mercredi une société d'analyse de données de voyages. 

Ce décret, signé le 27 janvier et suspendu depuis le 3 février par la justice, ferme temporairement les frontières des États-Unis aux réfugiés et aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane (Iran, Irak, Yémen, Syrie, Libye, Somalie et Soudan).

Les réservations vers les États-Unis en provenance des sept pays visés ont chuté entre le 28 janvier et le 4 février de 80% par rapport à la même période de l'an dernier, a relevé dans un communiqué la société ForwardKeys, qui analyse chaque jour quelque 16 millions de réservations dans le monde.

"Pas une bonne nouvelle pour l'économie américaine"

Plus globalement, les réservations à destination des États-Unis (sauf celles en provenance de la Chine et de Hong Kong, qui fêtent le Nouvel An chinois) ont baissé de 6,5%.

"Comme les voyages vers les États-Unis sont un secteur d'exportation (car sources de devises), ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'économie américaine", a noté le PDG de ForwardKeys, Olivier Jager, cité dans le communiqué.

Depuis le blocage du décret, ForwardKeys a aussi noté que les réservations en provenance d'Iran avaient quintuplé les 3 et 4 février par rapport aux mêmes jours de l'an dernier.

Les réservations vers les États-Unis entre le 28 janvier et le 4 février ont particulièrement chuté au Moyen-Orient (-37,5%), même si elles étaient l'an dernier déjà en baisse de 8,8%, précise ForwardKeys, qui précise analyser les pays d'origine des réservations et pas la nationalité des voyageurs.

Une tendance déjà négative

Celles en provenance d'Arabie saoudite ont plongé de 60%, mais cette chute est due en partie à des vacances scolaires sur la même période.

Celles émanant de la région Asie-Pacifique (sauf la Chine) ont chuté de 14%, celles d'Europe occidentale de 13,6%, devant l'Europe du Nord (6,6%), l'Afrique (6,1%) et l'Europe du Sud (2,9%).

En revanche les réservations depuis l'Europe de l'Est ont augmenté de 15,8% et des autres pays du continent américain de 2,3%, des régions où les réservations vers d'autres pays étaient déjà en hausse l'an dernier.

Quant aux projets de voyages des trois prochains mois, le décret ne fait qu'"accentuer une tendance déjà négative des réservations" vers les États-Unis, note encore la société.

J.M. avec AFP