BFM Business

Le rugby français voit rouge

Le Stade toulousain (en rouge) a fait état d'un résultat d'exploitation négatif la saison dernière.

Le Stade toulousain (en rouge) a fait état d'un résultat d'exploitation négatif la saison dernière. - Pascal Guyot - AFP

Un rapport publié ce lundi 13 avril fait état d’un déficit record accumulé par les clubs professionnels de rugby lors de la saison 2013-2014. Parmi l’élite, Toulon et Brive sauvent l’honneur, Toulouse et le Stade Français sont en difficulté.

La statistique fait mal. Les 30 clubs professionnels du rugby français (Top 14 et Pro D2) ont accumulé lors de la saison 2013-2014 un déficit record de 33,891 millions d'euros, d'après le rapport annuel de la Direction nationale d'aide et de contrôle de gestion (DNACG) publié lundi.

Ce déficit est "le plus important constaté depuis la création de la Ligue Nationale de Rugby" (LNR) en 1998, "confirmant la gestion déficitaire du rugby professionnel dans son ensemble" malgré des produits d'exploitation en hausse de 7,29%, explique la DNACG.

Les droits TV au secours des clubs

Le déficit d'exploitation cumulé était de 32,562 millions d’euros lors de la saison 2012-2013. Mais il devrait néanmoins redescendre à 19 millions d’euros pour l'exercice 2014-2015, principalement grâce à l'augmentation des droits TV.

Plus de la moitié du déficit creusé pour la saison 2013-2014 provient de "trois clubs (de Top 14 qui) cumulent la somme négative de 19,7 millions d’euros", précise la DNACG. Selon nos informations, Toulouse et le Stade Français en font partie. En revanche, "Brive et Toulon sont les deux clubs qui dégagent un résultat d'exploitation positif", indique la DNACG. Une nouvelle preuve de l’excellente gestion financière du club varois, qui possède la plus grosse masse salariale du Top 14.

Le classement de la masse budgétaire des clubs du Top 14 en fonction de leur classement sportif.
Le classement de la masse budgétaire des clubs du Top 14 en fonction de leur classement sportif. © DNAGC
Yann Duvert avec AFP