BFM Business

Le PSG devient le cinquième club le plus riche au monde

Zlatan Ibrahimovic, le joueur vedette, du PSG.

Zlatan Ibrahimovic, le joueur vedette, du PSG. - -

Selon la dernière étude de Deloitte publiée ce jeudi 23 janvier, le club parisien se hisse au cinquième rang des équipes les plus riches au monde avec des revenus de 398 millions d'euros en 2013, soit 80% de plus qu'en 2012. Une performance due aux gros contrats de sponsoring.

Coup de tonnerre dans la "Money League", l'officieux classement des clubs de football les plus riches au monde, dont l'édition 2014 a été publiée ce jeudi 23 janvier par le cabinet Deloitte.

Si ce championnat est, pour la neuvième année consécutive, gagné par le Real Madrid, avec des revenus de 578 millions d'euros, le fait le plus marquant de l'étude de Deloitte reste le bond effectué par le PSG, qui passe de la 10e à la 5e place.

Jamais une équipe française n'était arrivée aussi haut. Deloitte rappelle d'ailleurs que, depuis Arsenal en 2007, aucun club n'avait réussi à bouleverser le Top 5.

Des contrats de sponsoring impressionnants

La performance du PSG s'explique par la croissance impressionnante des revenus du club. De 220 millions d'euros en 2012, ceux-ci sont passés à 398,8 millions en 2013, soit une hausse de 80%, quand la croissance moyenne dans le classement de Deloitte ne se situe qu'à 8%.

Depuis que le Qatar a pris le contrôle du club, en juin 2011, "les revenus du PSG ont quasiment quadruplé, passant de 99,5 millions d'euros à 398 millions", constate Deloitte.

Le chiffre d'affaires du PSG est plus particulièrement tiré par les contrats de sponsoring, qui représentent 245 millions d'euros et 64% des revenus du groupe.

Dans les faits, ce bond des recettes de sponsoring n'est pas étonnant. Pour faire face à l'entrée en vigueur des règles du "fair-play financier", qui oblige les clubs à ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, le club a multiplié les contrats pour faire face à ces dépenses somptuaires puisque le PSG a encore déboursé 114 millions d'euros dans son recrutement, lors du mercato 2013.

Bientôt numéro un?

Le locataire du Parc des Princes a ainsi signé de juteux contrats. On citera ainsi l'accord avec l'Autorité de développement du Qatar, qui pourrait verser jusqu'à 200 millions d'euros par an, qui doit encore toutefois passer sous les fourches caudines de l'UEFA, le contrat avec Emirates (100 millions d'euros sur cinq saisons), celui avec l'opérateur télécom qatari Ooredoo (75 millions d'euros sur cinq saisons), ou encore les partenariats avec des marques mondiales telles que Microsoft, Panasonic et McDonald's.

En outre, le club a pu profiter des hausses de revenus tirés de sa billetterie, qui passent de 33,6 à 53,2 millions d'euros. Un chiffre qui fait toutefois pâle figure face aux 119 millions d'euros dégagés par le Real Madrid sur ce même segment.

Cette cinquième place n'est qu'un prélude à une ambition bien plus grande. En novembre dernier, Le Parisien révélait en effet que le club parisien ambitionne ni plus ni moins de devenir le club le plus riche du monde.

Deloitte FML 2014 from BFMBusiness

Le titre de l'encadré ici

|||L'OM à la 30eme place

Outre, le PSG, un seul club français se classe dans le Top 30, à la 30e place avec des revenus de 104 millions d'euros: l'OM. Plus globalement, derrière le Real Madrid, on trouve son grand rival, le FC Barcelone (482 millions), le Bayern Munich (431 millions) et Manchester United (423 millions). Le seul club non européen du Top 30, le brésilien Corinthians, est 24ème.

Julien Marion