BFM Business

Le PDG du Club Med défend l'offre franco-chinoise

Henri Giscard d'Estaing, le PDG du Club Med, souhaite que le groupe conserve un ancrage français.

Henri Giscard d'Estaing, le PDG du Club Med, souhaite que le groupe conserve un ancrage français. - -

Henri Giscard d'Estaing, le patron du groupe de loisirs visé par une double OPA, a défendu le projet de rachat d'Ardian et Fosun, ce vendredi 4 juillet.

Henri Giscard d'Estaing, le PDG du Club Med, a visiblement choisi son camp. En l'occurence, c'est le projet de rachat par le fonds Ardian et le conglomérat chinois Fosun qui semble avoir ses faveurs, car il garantit un ancrage français nécessaire pour le groupe.

"Le projet de Gaillon, qui réunit Ardian et Fosun, repose sur un strict équilibre, une parité entre un actionnaire français et un actionnaire chinois. Grâce à la participation du management et de quelque 400 cadres du Club Med, la majorité française dans le capital du Club est assurée", a-t-il ainsi déclaré dans un entretien au Figaro, vendredi 4 juillet.

"L'ancrage français nécessaire"

"À l'inverse, (le véhicule d'investissement d'Andrea Bonomi) Global Resorts a un plan très différent et veut prendre seul le contrôle du Club, qui serait dès lors exclusivement entre des mains internationales", a-t-il ajouté.

"L'avenir du Club Med repose sur deux piliers: son renforcement sur ses marchés principaux dont la France, où nous continuons à gagner des parts de marché, et sur les marchés qui seuls peuvent nous apporter de la croissance, la Russie, le Brésil et surtout la Chine, qui est devenue le premier marché touristique mondial", a également dit le PDG. "L'ancrage français est à mes yeux nécessaire pour y
conforter le Club Med."

La veille, Club Méditerranée avait annoncé avoir désigné des experts
pour examiner l'offre présentée par Andrea Bonomi sur le groupe
de loisirs français.

Y. D. avec Reuters