BFM Business

Le Mondial du foot en hiver, une aubaine pour les chaînes de TV

La Coupe du monde 2022 de football pourrait être plus profitable aux chaînes de télévision.

La Coupe du monde 2022 de football pourrait être plus profitable aux chaînes de télévision. - -

Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke a indiqué, ce mercredi 8 janvier, que le mondial 2022 au Qatar ne se déroulerait pas en été. Ce qui pourrait faire les affaires des chaînes des télévisions, au contraires des fédérations professionnelles.

A cause des températures caniculaires, la Coupe du monde 2022 au Qatar devrait avoir lieu en hiver ! C'est l'annonce faite, ce mercredi 8 janvier, par Jérome Valcke, le secrétaire général de la Fifa. Une décision définitive est attendue avant la fin de l'année. Ce serait une première dans l'histoire du football.

La Fifa n'a pas vraiment le choix. Depuis l'attribution de la coupe de monde au Qatar, de plus en plus de voix s'élèvent contre l'organisation de la compétition en plein été.

L'idée est donc de décaler la Coupe du monde, en novembre-décembre, pour ne pas concurrencer les Jeux olympiques d'hiver. Pour les chaînes de télévision c'est une excellente nouvelle. "Novembre est une bonne période pour les audiences et les annonceurs", a immédiatement réagi Laurent-Eric Le Lay, le patron de la régie de TF1.

Les ligues professionnelles grimacent

En hiver, en Europe, les gens sortent moins au restaurant ou au cinéma, partent moins en vacances que l'été, et sont plus nombreux devant la télévision. En moyenne, en 2013 par exemple, les Français ont regardé 4 heures de télévision par jour en novembre et seulement 3 heures et demie en juin.

La période est propice aussi pour les investissements publicitaires qui sont deux fois plus important en novembre qu'en juillet ! Avec cette équation, les chaînes devraient soutenir l'idée d'une Coupe du monde en hiver et, sans doute, faire pression sur les profesionnels du football, dont le business dépend majoritairement des droits payés par la télévision.

Ces derniers, au contraire, risquent de ne guère apprécier une Coupe du monde en hiver pusique les ligues professionnelles devront bouleverser leur calendrier.

La Premiere League anglaise est des plus hostiles car, là-bas, les fêtes de fin d'année, et le traditionnel boxing day, est un des temps forts de la saison. Le lobbying s'annonce intense. La Fifa, elle, doit donner sa décision définitive avant la fin de l'année.

Simon Tenenbaum