BFM Business

Le marché hôtelier français retrouve des couleurs

Les touristes reviennent peu à peu dans l'Hexagone.

Les touristes reviennent peu à peu dans l'Hexagone. - Patrick Kovarik - AFP

Le marché hôtelier français a connu une année difficile en 2016. En novembre et décembre, les professionnels du secteur ont constaté un rebond à Paris, qui se confirme depuis le début de l'année.

Le marché hôtelier français a souffert en 2016 après les attentats, entraîné vers le bas par les deux traditionnelles locomotives du secteur, l'Île-de-France et la Côte d'Azur. "Globalement, l'année 2016 a été une très mauvaise année pour l'hôtellerie française toutes catégories confondues: on est sur un repli de 4% du RevPAR" (revenu par chambre disponible, indicateur clé du secteur), explique à l'AFP Olivier Petit, associé tourisme, culture et hôtellerie au sein du cabinet In Extenso (Deloitte).

Seul le segment super-économique montre un RevPAR en légère hausse de +0,2%. L'ensemble des autres catégories enregistre des performances à la baisse avec des RevPAR en recul de -4,1% à -7,5% pour la catégorie haut de gamme, la plus touchée, lourdement pénalisée par les mauvais résultats de Paris et de la Côte d'Azur après les attaques terroristes de 2015 et 2016. Les catégories milieu de gamme et économique montrent en revanche un relatif maintien des prix moyens ou une baisse limitée dans cette période difficile, selon un communiqué.

Par zone géographique, en Ile-de-France, qui enregistre un RevPar en baisse de -13,4%, l'ensemble des clientèles internationales traditionnelles est en retrait. Très sensibles au risque sécuritaire, les clientèles chinoises, japonaises, européennes (surtout italiennes) et russes ont évité la France. Sur les dix premiers mois de l'année, l'ensemble des catégories a enregistré des baisses record de RevPAR, notamment l'hôtellerie de luxe (jusqu'à -21%).

"Paris reste une destination touristique attractive" 

Mais après dix mois consécutifs de baisse, la fréquentation hôtelière est repartie à la hausse en novembre et décembre. "Paris reste une destination touristique attractive. Ses performances de prix moyen sont parmi les plus élevées des grandes métropoles européennes et mondiales", insiste In-Extenso.

Sur la Côte d'Azur, le premier semestre 2016 confirmait les tendances exceptionnelles de 2015, mais après l'attentat de Nice le 14 juillet, les hôteliers ont "enregistré de nombreuses annulations et toute la période estivale a été ainsi durement pénalisée, affichant un RevPAR en baisse de -4,7% sur l'année. La catégorie milieu de gamme est la plus touchée avec une baisse de -7,1%", précise Olivier Petit.

Dans le reste de la province, l'ensemble des indicateurs sont au vert dans toutes les catégories. Les bonnes performances réalisées en 2016, dans la lignée de 2015, ont limité la baisse de l'ensemble de l'Hexagone.

Pour 2017, le cabinet In Extenso table sur un "rebond", déjà entamé fin 2016. "Cette reprise pourrait s'échelonner entre 3,5 et 5% de croissance du RevPAR sur l'année, tirée par le segment affaires lié à la tenue de salons", souligne Olivier Petit, espérant "un début de croissance du prix moyen à horizon du second semestre 2017".

D. L. avec AFP