BFM Business

Le Louvre, haut lieu du tourisme parisien aux 7 millions de visiteurs par an

Le musée parisien touché par une attaque terroriste ce vendredi 3 décembre attire environ 5 millions de touristes internationaux. Il emploie également plus de 2.072 agents.

Un fleuron de l'attractivité touristique française a été attaqué ce vendredi 3 février. Un homme a en effet agressé plusieurs militaires en charge de la sécurité au Carrousel du musée du Louvre à Paris. Pour le Premier ministre Bernard Cazeneuve il s'agissait "visiblement d'une attaque à caractère terroriste". Le parquet antiterroriste s'est en tout cas saisi de l'affaire.

L'agresseur a ciblé l'un des symboles du rayonnement de la France, même si le célèbre musée connaît une sévère baisse de sa fréquentation, elle-même liée à la plongée de l'ensemble du secteur touristique à Paris ( à fin octobre, l'office du Tourisme et des Congrès de Paris indiquait un recul global de 5,4% des arrivées hôtelières, dont 10,7% pour les visiteurs étrangers).

Son président Jean-Luc Martinez, confiait ainsi récemment au Figaro qu'il tablait, pour 2016, sur un recul de 15% de la fréquentation touristique, à 7,3 millions de visiteurs. Un chiffre bien loin de 2012, lorsque le grand musée parisien attirait 9,7 millions de personnes. En toute logique, la part des touristes étrangers a aussi reculé, passant de 75 à 70%. En 2015, en dehors de la France, les visiteurs du Louvre venaient avant tout de deux pays, à savoir les États-Unis (941.000 personnes) et la Chine (820.000).

Un déficit de près de 10 millions d'euros

Il faut toutefois savoir que les entrées touristiques ne représentent pas la totalité des ressources du musée. En 2015, l'État allouait ainsi pour 100 millions d'euros de subventions à son joyau touristique. Les ressources propres, elles s'élevaient à 105 millions d'euros. Elles regroupent, certes, la billetterie (69 millions d'euros) mais aussi du mécénat (7 millions d'euros) ou diverses autres recettes tirées, par exemple, des prêts d'œuvre à d'autres collections ou encore des tournages de films, séries ou publicités dans le musée (pour une recette de 260.000 euros hors taxes en 2015).

Le Louvre dépense néanmoins plus qu'il ne gagne. Pour 2016, Jean-Luc Martinez chiffre le déficit à 9,7 millions d'euros. Il faut savoir qu'outres les 111 millions d'euros que dépensent le Louvre en frais de personnels (2.072 agents de la fonction publique sont employés par le musée, avec en grande majorité des femmes), le Louvre consacre plus de 60 millions d'euros pour entretenir ou restaurer ses œuvres.

Il n'en reste pas moins que le Louvre jouit d'une importante renommée internationale. Le site de voyages Travel+Leisure classe ainsi le musée comme la 35e attractions touristiques la plus visitée au monde (sur la base, certes, de sa fréquentation de 2014). À tel point que le Louvre doit désormais s'exporter, avec l'ouverture de son antenne à Abou Dhabi, qui devrait voir le jour à la fin de cette année. L'accord passé en 2007 entre l'État français et l'émirat prévoit d'ailleurs que le musée parisien touchera 400 millions d'euros sur 15 ans au titre de l'utilisation du nom Le Louvre.

Julien Marion