BFM Business

Lagardère tourne la page EADS

Arnaud Lagardère tire sa révérence au capital d'EADS

Arnaud Lagardère tire sa révérence au capital d'EADS - -

Le groupe de média a annoncé, ce mardi 9 avril, avoir cédé la totalité des actions qu'il détenait dans le capital du groupe d'aéronautique européen. L'opération est valorisée à 2,29 milliards d'euros.

Arnaud Lagardère a accompli un objectif qu'il visait depuis longtemps: solder la participation de sa société dans EADS et quitter les activités de défense pour se recentrer purement et simplement sur les média.

C'est désormais chose faite. Mardi 9 avril, le groupe Lagardère a annoncé avoir cédé la totalité des 7,4% qu'il détenait dans le capital d'EADS, représentant 61 millions d'actions. Et ce, dans le cadre d'une opération privée de placement, qui visait à accélérer le désengagement de l'entreprise dans le groupe dirigé par Tom Enders.

EADS a, pour sa part, directement racheté 1,61% de ses actions détenues par Lagardère, pour un montant de 500 millions d'euros.

Au total, le montant de la cession est évalué à 2,29 milliards d'euros ce qui devrait permettre à Lagardère d'empocher peu ou prou la somme de 2 milliards d'euros, déjà évoquée par Arnaud Lagardère.

Sur les marchés, l'opération a eu un effet plutôt négatif, tant pour EADS (-3,02% vers 16h00) que pour Lagardère (-3,14%).

Des "petites acquisitions" en vue pour Lagardère

Si l'on en croit les déclarations d'Arnaud Lagardère aux Echos, le 27 mars dernier, la manne issue de cette cession va être utilisée selon "une clef de répartition qui reste à définir: verser une prime à nos 22.500 salariés, distribuer un dividende, réduire un peu notre endettement (…) et enfin poursuivre le développement de nos activités".

Arnaud Lagardère avait alors précisé qu'il s'agirait de réaliser "quelques petites acquisitions, de moins de 100 millions d'euros". Par ailleurs, "le versement d'un dividende exceptionnel récompensera la patience de nos actionnaires qui subissent depuis longtemps la décote de holding liée en partie à EADS".

Un des premiers bénéficiaire de l'opération pourrait donc être Arnaud Lagardère lui-même, puisqu'il détient 9,6% du capital du groupe. Ce qui pourrait lui permettre de réduire son endettement personnel, qui se chiffre à plusieurs centaines de millions d'euros.

Après s'être délesté de ses billes dans EADS, le groupe Lagardère espère toujours arriver à céder les 20% qu'il détient dans Canal+. Mais, pour l'instant, l'opération est au point mort, en raison d'une guérilla judiciaire qui l'oppose à Vivendi.

J.M.