BFM Business

La fréquentation touristique confirme son embellie

La France retrouve de son attractivité touristique

La France retrouve de son attractivité touristique - Lionel Bonaventure - AFP

Au troisième trimestre, le nombre de nuitées a été en hausse de 4,1%, grâce notamment au retour des touristes étrangers.

La fréquentation touristique en France, qui avait commencé à se redresser fin 2016, a confirmé son embellie au troisième trimestre, s'affichant en hausse de 4,1% sur un an grâce au retour de la clientèle étrangère, indique jeudi l'Insee.

"C'est le quatrième trimestre consécutif de hausse", résume l'Institut national de la statistique et des études économiques, en allusion aux conséquences des attentats de Paris en 2015 et de Nice en juillet 2016 qui avaient plombé le secteur du tourisme.

"Le seuil des 200 millions de nuitées est franchi pour la première fois" sur un trimestre dans l'ensemble des hébergements touristiques collectifs (hôtels, campings, villages-vacances, etc.).

Un objectif de 100 millions de visiteurs

À eux seuls, les hôtels enregistrent des nuitées en hausse de 5,2% entre juillet et septembre, avec un essor notamment de la fréquentation des touristes étrangers (+8,7%, contre +2,9% pour la clientèle française), surtout en Île-de-France, "sans toutefois retrouver le niveau de 2015, avant les attentats", précise l'Insee.

La fréquentation hôtelière a également augmenté sur le littoral (+4,1%) et dans les zones urbaines de province (+3,7%), mais elle fléchit "légèrement" dans les massifs de haute montagne.

Les établissements 4 et 5 étoiles ont connu une hausse de 9,1% de leurs nuitées sur le trimestre, tandis que les 1 et 2 étoiles affichent un repli de 3%.

L'Insee précise également avoir revu à la baisse ses chiffres de fréquentation pour le deuxième trimestre, à +9,9%, contre +10,2% annoncés en août dernier.

La France a pour objectif d'atteindre d'ici à 2020 les 100 millions de visiteurs étrangers - contre quelque 89 millions actuellement - et 50 milliards d'euros de recettes en devises.

J.M. avec AFP