BFM Business

La chef d'entreprise qui a interrogé Hollande rejoint RTL

Karine Charbonnier, le 6 novembre dernier, à côté de François Hollande

Karine Charbonnier, le 6 novembre dernier, à côté de François Hollande - Martin Bureau - AFP

Karine Charbonnier-Beck, une chef d'entreprise qui avait interviewé le chef de l'Etat sur TF1 le 6 novembre dernier, va rejoindre la radio RTL la semaine prochaine. Elle deviendra chroniqueuse pour l'émission "On refait le monde".

La patronne d'entreprise Karine Charbonnier-Beck devient chroniqueuse radio. Cette dirigeante nordiste s'était fait remarquer lorsqu'elle a interviewé François Hollande lors de son intervention sur TF1, le 6 novembre dernier.

Son passage sur le petit écran n'avait pas laissé les médias indifférents, Karine Charbonnier-Beck ayant ensuite multiplié les interviews. A tel point que RTL a décidé de recruter de façon permanente la patronne.

Aux cotés de Laurence Parisot

La radio a ainsi annoncé ce jeudi 27 novembre que Karine Charbonnier-Beck allait rejoindre l'équipe de chroniqueurs de son talk show "On refait le monde", une émission diffusée à 19h15.

"Elle a crevé l'écran face au Président. Elle avait une position argumentée et n'était pas impressionnée", a expliqué Marc-Olivier Fogiel, qui anime l'émission.

Karine Charbonnier-Beck rejoint l'équipe des chroniqueurs réguliers de "On refait le monde", composée notamment de l'ex-patronne du Medef Laurence Parisot, de l'éditorialiste Alain Duhamel et du bâtonnier de Paris Pierre-Olivier Sur. Elle participera à sa première émission le 1er décembre prochain.

Le problème de la compétitivité

Karine Charbonnier-Beck dirige la société Beck-Crespel d'Armentières, une entreprise fondée par son arrière-grand-père, comme l'explique Usine Nouvelle.

Elle a repris cette structure qui compte 650 employés, en 2005. Sur le plateau de TF1 elle avait pris à témoin François Hollande sur ses réformes concernant les entreprises.

"Pourquoi les entreprises n'embauchent-elles pas assez? C'est parce qu'elle ne sont pas assez compétitives", avait-elle déclaré au chef de l'Etat.

En délocalisant son entreprise en Angleterre ou en Allemagne, elle économiserait trois millions d'euros de charges et de taxes par an, avait-elle affirmé. "Les Français qui déménageraient avec nous auraient aussi un gain significatif sur leur salaire net", avait ajouté la chef d'entreprise, aussitôt applaudie par le public.

Un emploi pour une des participantes

Si l'émission de TF1 a permis à Karine Charbonnier-Beck de mettre en valeur son talent médiatique, elle avait également été un tremplin pour une autre participante.

Ainsi, Joëlle Mediavilla, alors chômeuse au moment où elle avait interviewé François Hollande lors de la même émission, avait retrouvé un emploi quelques jours après l'intervention télévisée du chef de l'Etat.

Cette sexagénaire avait ainsi décroché un poste d'assistante administrative en CDD à Saint-Denis. Interrogée par l'AFP, elle avait alors estimé que l'émission lui avait peut-être "donné un coup de pouce" sans être "déterminante". "J'avais déjà eu des contacts avant l'émission avec des employeurs intéressés. Il y avait quelques retours positifs", avait-elle expliqué.

J.M. avec AFP