BFM Business

L'inquiétude des hôteliers après les attentats de Paris

Message de soutien après les attentats de vendredi 13 novembre.

Message de soutien après les attentats de vendredi 13 novembre. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le tourisme est un secteur sensible aux questions de sécurité et de géopolitique. Pour certains analystes, après les attaques de vendredi soir, "le secteur va souffrir".

Les jours et mois prochains vont être durs pour l'hôtellerie. Le secteur devrait pâtir d'une chute du tourisme en France après la série d'attentats terroristes sans précédent survenue vendredi soir à Paris. La fréquentation des hôtels parisiens avait déjà chuté après les attentats de janvier. Mais cette fois, les professionnels du secteur disent craindre un mouvement nettement plus massif, compte-tenu de l'ampleur des attaques perpétrées dans la capitale.

"Ça va être très difficile pour le tourisme dans les jours qui viennent. Le secteur va souffrir, a déclaré à Reuters Georges Panayotis, président du cabinet spécialisé MKG Group. Alors que l'hôtellerie française avait repris des couleurs en septembre et octobre - grâce notamment aux salons – et qu'elle tablait sur de très bons taux de remplissage avec la conférence sur le climat (COP21) qui se tiendra au Bourget à partir du 30 novembre, elle risque aujourd'hui beaucoup d'annulations. "Je pense que ce sera pire qu'en janvier. Ce qui s'est passé est énorme. Le monde entier a les yeux rivés sur la France", ajoute-t-il.

L'hôtellerie de luxe devrait être selon lui davantage touchée que les autres segments du secteur. La clientèle internationale, qui constitue plus de 80% de la clientèle des palaces parisiens comme le Bristol, le Georges V ou le Plaza Athénée, est en effet très sensible aux questions de sécurité et de géopolitique. "Le contexte politique et sécuritaire est un des facteurs clé du tourisme international", rappelle le PDG de MKG Group.

Le secteur du luxe touché

Le secteur du luxe devrait lui aussi être directement touché compte-tenu du poids de la clientèle touristique dans les ventes de produits de luxe. Les achats touristiques pèsent pour environ la moitié de ses ventes du secteur en Europe. Toutes les marques de luxe, comme Louis Vuitton (groupe LVMH, Gucci (Kering ) ou Chanel ont largement profité, cette année, d'un afflux de touristes asiatiques attirés par d'importants écarts de prix entre l'Europe et le reste du monde, amplifiés par la baisse de l'euro.

"Les attentats auront bien évidemment un impact sur nos affaires", a indiqué la porte-parole des Galeries Lafayette, sans vouloir être plus précise. "Nous ne sommes pas sur ce sujet là aujourd'hui."

D. L. avec Reuters