BFM Business

L'Etat serre la vis à France Télévisions

La ministre de la culture Aurélie Filippetti lors du lancement de la mission Lescure

La ministre de la culture Aurélie Filippetti lors du lancement de la mission Lescure - -

Baisse des subventions de l'Etat et des recettes publicitaires, maintien des commandes de fiction... le ministère de la culture fixe une équation budgétaire difficile à résoudre pour le groupe public.

France Télévisions y voit désormais un peu plus clair sur son avenir. L'Etat a, en effet, arbitré les grandes lignes du budget à venir. "L’Etat baisse sa dotation de 2 % sur 3 ans", a annoncé Aurélie Filippetti dimanche 21 avril dans le Journal du dimanche. Cette dotation (redevance incluse) s'élève à 2,5 milliards d'euros.

En outre, "l’Etat ne comblera pas les 75 millions de pertes publicitaires. Et nous demandons [à France Télévisions] de revenir à l’équilibre financier fin 2015", ajoute la ministre de la Culture.

Retour de la pub en soirée ?

Par ailleurs, la ministre semble exclure un rétablissement de la publicité après 20 heures: "ce n’est pas à mes yeux la solution la meilleure. Non par idéologie mais par pragmatisme: le marché publicitaire chute, une telle mesure ne réglerait pas les difficultés financières de France Télévisions, et pourrait déstabiliser le marché. Je suis sensible à la dynamique de l'ensemble du paysage audiovisuel".

En revanche, "on ne supprimera pas la publicité avant 20 heures à partir de 2016, comme l'avait programmé la précédente majorité".

Plus de chaîne jeunesse

La ministre n'est guère rentrée dans le détail des mesures d'économies. Tout juste affirme-t-elle que France Télévisions "doit maintenir son engagements dans la création audiovisuelle [Ndlr: fiction, documentaire...], à 20% de son chiffre d'affaires".

Le plan de départs à venir, lui, "doit se faire sans départ contraint". Selon Les Echos de ce 22 avril. L'objectif serait de réduire l'effectif de 650 équivalents temps plein.

Enfin, la ministre renonce à sa promesse électorale de créer une chaîne jeunesse sans publicité, et préfère plutot un compromis: "France 4 va changer de visage. Dans la journée, les programmes pour enfants et pour les jeunes devront avoir plus de place".

Jamal Henni